Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 11:56

BvBHyDVbML4_large.jpg

source

Lundi 1er, c’était la fin de mes examens. Le dernier d’un long mois assis sur une chaise à réviser, à se pousser pour y aller, à pleurer tous les soirs par peur de pas y arriver.

Heureusement pour moi j’avais des amis, des amis qui m’ont poussé qui m’ont soutenu et aidé. Et il y avait lui aussi, lui c’est kéké, toujours le même. Sauf qu’entre-temps je lui ai mis les points sur les i, je lui ai dit qu’il changeait, qu’il faisait un effort ou on arrêtait de se voir. Il les a fait les efforts.

Et là c’est devenu géniale. Géniale. Je m’entendais super bien avec ses colocs, tout se passait pour le mieux. Il était là pour moi. Il me disait qu’il était bien avec moi.

Forcément moi, je suis tombée amoureuse.

Alors ce lundi 1er je l’attendais le ventre serré car je savais qu’après on se verrait plus, je rentrais en France et lui chez lui. Je savais que chez moi c’est la pagaille et que je n’ai pas envie d’être catapultée dans cette ambiance.

Mais il est arrivé ce 1er juillet, me libérant du stress des examens, mais rajoutant la peur de le perdre, comment ça serait l’année prochaine, es ce qu’on recommencerait ? Je me sens pas de le perdre. Pour vous dire je n’ai même plus envie d’un autre, et quand on me connait c’est rare. Sauf que le dernier moment passé avec lui j’ai eu le droit à « C’était bien cette année avec toi ». J’ai préféré ne pas relever,  profiter de l’instant présent. Après tout ça n’a jamais été une relation.

Profiter de l’instant présent, se laisser aller.

Le temps des au revoir arrivent, 2 min 30 en bas de mon immeuble pour se rendre des affaires. 3 bisous et un « passe de bonne vacance »  et l’affaire est réglée.  Quand je lui dis que c’est peut-être la dernière fois qu’il me voit il me répond que quand je reviens pour déménager je n’aurais qu’à l’appeler.

Bref je suis tombée amoureuse, et pas du bon.

Mon ventre se serre à l’idée de partir. L’idée de retourner chez mes parents dont je veux m’éloigner le plus possible.

J’ai cette angoisse sourde qui me tient au ventre. J’ai envie de la faire taire. J’ai peur, je suis terroriser.

Puis je prends le train direction Paris, la boule au ventre.

Arrivée chez moi, je me sens catapultée chez les fous. Ma mère n’a que les mots licenciement, chômage et indemnité à la bouche. Je sais que c’est dure pour elle de se faire virer à 50 ans, mais là j’ai l’impression qu’elle me met tout son poids dessus. Je viens d’apprendre que ma sœur vient de dépenser 3000euros pour se faire refaire les seins. Mon père est là et bouillonne en silence.

Et moi j’ai l’impression de devoir tenir le choc, de ne pas exposer mes problèmes, de ne pas les alourdir avec mon stress et mes angoisses. Alors je m’efface, mais j’ai l’impression de devoir supporter tout le leur, et de vivre avec ma culpabilité.

J’ai envie de courir, de partir le plus loin, le plus vite possible. Mais je reste là.

Et j’ai cette angoisse qui grandit dans mon ventre. Le moyen que j’ai pour la calmer c’est une crise. Mais je lute pour ne pas la faire. Je me bats contre moi-même. Mais l’angoisse ne part pas.

J’ai qu’une envie me réfugier dans ses bras, qu’il me fasse tout oublier sans que je parle, sans que j’ai besoin de lui raconter. Mais non c’est fini, c’était les règles du jeu, je le savais dès le début.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cocotte-en-papier
commenter cet article

commentaires

Elo 04/07/2013 13:31

Comme je te comprends... C'est difficile de devoir porter le poids des sentiments des autres sur nos épaules, c'est d'autant plus difficile que quand on ne le fait pas on culpabilise, enfin pour ma
part. Mais parfois, pour son bien, il faut vraiment essayer de ne penser qu'a soi non ?! Ce n'est pas de l'égoisme, mais plutot une question de survie...

Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton