Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 10:25

Chut-copie-1.jpg

Un jour, on commence à mentir au début pour se protéger pour des histoires de gosses. On soutient que non on n’a pas cassé le verre, que ce n’est pas de notre faute si on a eu zéro c’est la maitresse qui nous aime. Des petits mensonges comme ça, sans importance, qui au fond ne trompe ne personne.

Puis les mensonges deviennent un peu plus grands, on raconte qu’on va faire une pyjama parti chez Lola alors qu’au lieu de ça on se saoulera avec des amis, ou on fera des galipettes nues avec le nôtre Roméo actuelles.  On ment pour vivre sa vie car nos parents nous l’interdissent, pour des raisons qui une fois plus grande paraisse normal.

Mais on ment aussi pour se protéger des coups de papa. A la moindre erreur, au moindre échec on ne sait pas sur qui ça tombera. Alors on ment pour se protéger, pour être la fille « parfaite sous tout rapport ».

Puis on commence à partir à la dérive, on commence à vomir, un peu trop. On vide les placards avant de vider nos économies à la question « oh mais qui a encore manger ça ? » on s’entend répondre « oh ça doit être la femme de ménage ». Qu’es ce qu’elle a pris cette femme de ménage pour me couvrir. On commence déjà à s’y perdre dans nos mensonges.

Mais ce n’est que le début ça devient de pire en pire après.

Car on se rend compte que les gens triste et malheureux ça ennuie et déprime tout le monde. Personne ne veut avoir face à quelqu’un de déprimer, y a les psys pour ça merde.

Alors on ment encore plus. On se maquille, on s’habille, on sort, on rigole, on sourit, on raconte des blagues pourries. On se ment à soit même. On se persuade qu’on va bien. Aux questions « t’es sûr que ça va ? » on s’entend répondre avec un grand sourire « mais oui ça va, tkt. Et toi alors comment tu vas raconte-moi ? » . Par ce qu’on veut plus laisser personne rentrer à l’intérieure. Même nous on a du mal à se comprendre. « Comment tu pouvais être entrain de rire y a 5 min, et maintenant être par terre à pleurer toute les larmes de ton corps et à vouloir mourir ? T’en fais pas un peu trop ». Même la psy on lui ment, même à elle on lui dit « ça va, je suis juste un peu fatiguée. » Et on se perd indéfiniment dans nos mensonges. On se perd, on s'oubli, one ne sait plus qui on est.

Par ce qu’on ne veut que personnes ne rentre. A quoi bon ? De toute façon ça n’interesse personne et ça fait trop mal.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article

commentaires

Solennellement 05/02/2014 00:05

Je ne sais même pas comment commencer à vrai dire. Dire "Salut" ou "Bonjour" est d'un commun mortel. "Coucou" est une atrocité et "Hello!", n'en parlons même pas. Mais bon, tu as compris l'entrée
en matière. Ce n'est pas pour me donner un genre, j'écris simplement ce qui me passe par la tête.

J'ai lu bon nombre de tes articles et "oh mon Dieu" (oui des guillemets car cette expression n'a aucun sens à mes yeux (illogique donc de l'utiliser, certes)) tu écris si bien. "Tu écris si bien"
peut-être parce que je me reconnais presque parfaitement dans tes écris. Presque parce que nous n'avons pas le même passé, mais notre présent et surtout notre façon de penser n'est pas différente.
Un euphémisme dégueulasse pour dire qu'en fait elle est identique, du moins ce sont ce que tes écrits me laissent penser.
A mes yeux, nous sommes des rêveuses. Des rêveuses de la vie. Nous l'avons longtemps imaginée, fantasmée. Et voilà, nous y sommes et c'est la grande désillusion. "Eternelle insatisfaite", tu as
employé ces mots dans un article à propos des hommes. Et ils s'appliquent aussi à la vie. Nous sommes déçues par elle, constamment : par l'amour, par l'amitié, par les gens, par le travail, par
l'argent, par la société, par le monde entier... Et croire qu'un psy pourrait changer ça, est une illusion. Comment une personne pourrait changer une autre ? Non sérieusement, je n'y crois pas. Je
n'y crois plus. Plus en rien d'ailleurs.
J'ai trouvé ton blog en tapant sur Google un truc du genre "jogging en salle". Et pas un instant j'aurais pensé lire une personne tant en accord avec moi.
Alors merci. Merci beaucoup d'écrire pour ceux qui sauront s'intéresser à tes textes, qui sauront s'y reconnaître ou sauront y voir autre chose que les inepties que l'on voit à la télévision devant
laquelle tant de cons s'abrutissent chaque soir après une journée à trimer pour gagner quoi au juste ? des chiffres sur un compte bancaire à échanger contre des choses dont-ils n'ont pas besoin.
Car tes mots expriment la souffrance de ceux qui n'ont pas choisis, la souffrance de certains qui auraient préféré ne pas naître tant la vie leur paraît fade, triste et morne : en clair, un vide
intersidéral.

Sur ce, bon courage pour affronter les années à venir avant que la mort nous libère (ou pas).

cocotte-en-papier 23/02/2014 23:29



Dsl de répondre que maintenant je n'avaps vu ton commentaire, en général je passé ici dépose mes écris et repars.


En tout cas je suis contente que mes textes puissent parfois servir et parler aux gens. ça fait du bien de savoir qu'on est pas seul.


Bon courage à toi aussi.


Je t'embrasse.



maviedebrune 12/01/2014 12:59

On se met une carapace de fou, pensant se protéger ....

cocotte-en-papier 13/01/2014 18:47



C'est tout à fait ça, et au final on se perd nous meme dans cette carapace. 



Symphonie du crépuscule 07/01/2014 22:00

J'ai un peu l'impression de me reconnaître dans tes paroles. Mentir devient le seul moyen qu'on trouve pour se protéger, et pour protéger les autres, ceux qu'on aime, d'une triste réalité. Une
triste réalité qu'on s'afflige à soi même dans le fond. Le tout est de ne pas se perdre dans ses mensonges, et de ne pas oublier que parfois, il faut savoir s'appuyer sur quelqu'un. Ce n'est pas un
signe de faiblesse. Au contraire, c'est savoir reconnaître ses propres faiblesses, et travailler dessus. Je ne sais pas si tu me suis...
En tout cas, bon courage pour la suite.

cocotte-en-papier 13/01/2014 18:51



Oui oui je te suis tout à fait.. c'est bien triste de devoir faire cela. 


Courage à toi aussi.



Manue 07/01/2014 08:37

Coucou!
Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas laissé un petit mot, mais il me semble que ça fait un bon moment que tu as le moral dans les chaussettes et ça me fait de la peine.
Tu ne devrais pas te mettre de frein quand tu parles à ta psy, elle est là pour t'écouter justement, lâche-toi quand tu la vois et n'aie pas peur de devoir prendre des anti-dépresseurs pendant
quelques temps. Perso, c'est grâce aux médocs que j'ai réussi à arrêter progressivement les crises, ça fait un peu plus de 6 mois que je n'en ai plus fait et ça change la vie!
N'hésite pas à te confier à tes amis aussi, sans en faire des tonnes ni en leur parlant de tes soucis à chaque fois que tu les vois, mais ils sont là pour ça eux aussi.
Courage, on s'en sort à un moment, même si ça peut prendre du temps.
Bisous!

cocotte-en-papier 23/02/2014 23:33



Hey,


merci pour ton petit mot. Effectivement ça fait un petit moment que j'ai pas trop le moral. Mais au global je vais bien mieux qu'au début de l'ouverture de son blog. Seulement maintenant je poste
juste quand ça ne va pas. C'est mon défouloir.


J'arrive à maitrisser un peu les crises mais pas à m'en passer totalement. C'est comme certain qui fume, moi au bout d 'une ou deux semaines je craque il faut que j'en fasse une. Mais ça a
beaucoup moins d'importance dans ma vie qu'avant.


Malheureusement je crois que mes amis en ont marre de mes problèmes ou ne comprennent pas.


Courage à toi aussi.


Bisous



Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton