Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 13:20

3053614987_1_3_uZj1Cu1g.jpg

source

 

Avant je parlais, je disais ce qui n’allait pas, je me plaignais peut être un peu trop. Mais je le faisais qu'avec des gens de confiance soit très peu de personne, ou par écris ici en tant qu'anonyme.

Mais j'extériorisais la chose.

 

Maintenant non, ou très rarement, ou comme aujourd'hui ou je me sens juste à bout.

 

Au yeux de tous j'ai «guéri». J'ai diminué les crises, j'ai arrêté de penser à la bouffe et seulement à la bouffe.

 

Mais j'ai évité le problème. J'ai arrêté de me regarder, j'ai arrêté d'essayer de m'aimer, j'ai chercher en vain l'amour dans le regard des autres.

 

Mais je me suis perdue dans leur regard, je me suis écorchée, j'ai morflé et je morfle encore.

J'aurais besoin de coucher avec la terre entière pour me sentir aimée, désirée. Mais non, moi je m'obstinais à voir un homme qui était mou une fois sur deux, qui ne me rassurais pas en me disant que ça ne venait pas de moi. Non il restait prostré les bras croisés et ne disait plus rien, moi je le rassurais à coté « c'est pas grave, ça peut arriver ». Oui ça peut arriver de temps en temps.. Mais pas à chaque fois, c'est qu'il y a un problème. J'en suis venu à la conclusion que le problème c'était moi.

Que j'étais trop grosse, trop ceci, trop cela.. J'ai voulais changer pour lui, pour lui plaire.. Mais à quoi bon.

Je me suis écorchée encore plus. Je me suis enfoncée.

 

Je l'ai appelé pendant une crise d'angoisse, il n'a pas répondu. Je lui ai envoyé un message après en lui demandant de venir. Il n'a pas répondu.

Le soir je suis passée en bas de chez lui, je l'ai vu sortir à son balcon pour fumer. Il n'a pas répondu quand même.

 

Ça a fini de m'achever. Maintenant je l'évite.

 

Mais j'ai envie de coucher avec la terre entière, pour lui faire mal, pour lui prouver qu'on peut m'aimer et que je suis bien. Alors que je sais très bien que ça ne l'atteindrait même pas.

 

Il a tué le peu de confiance en moi qu'il y avait.

 

La nourriture a repris sa place, le dégoût est encore plus fort que jamais. Mais je ne le dis pas. Non je ne dis plus rien.

C'est trop dur d'avouer que j'ai rechuté, que je suis repartie dans ce cercle vicieux, que j'ai envie de baisser les bras et de ne plus sortir de chez moi. C'est trop dur de voir la déception dans le regard des autres.

Alors je n'en parle pas. Même pas à ma psy, avec elle je vais aborder mes études, mes amis ect.. Des choses superflue mais pas ce qui me bouffe clairement.

 

Il est claire que le sexe est aussi un problème dans ma vie. Je pense qu'en me « donnant » aux autres, ils m'aimeront. Alors parfois je couche sans en avoir plus envie que ça, pour « faire plaisir ». Mais c'est mon seul moyen de me sentir aimé, de penser qu'on puisse m'aimer.

 

Pourquoi une fille qui a connu l'extase qu'une seule et unique fois dans sa vie, voudrait tout le temps coucher avec n'importe qui ?

 

Mais non, je ne parle pas non plus de ça à qui que ce soit, et encore moins à ma psy. C'est un sujet tabou pour moi, un sujet qui me gène, je me sens pas a l'aise d'en parler de vive voix. Pourtant ça pourrait être intéressant de savoir pourquoi je suis incapable de ne pas penser à ce que je vais faire demain ou autre quand je fais l'amour avec quelqu'un. Pourquoi je veux tant alors qu'en soit ça me plaît pas plus que ça ?

 

J'ai peur des mots, peur de dire ce qui me blesse, peur d'entendre la critique des autres, peur de dire ce que je pense.

 

Petite, même avec un œil au beurre noir, je souriais et disais que tout aller bien.

Maintenant, même avec les yeux bouffis, la gorge qui gratte, et l'estomac qui brûle, je continue de sourire et de dire que tout va bien.

Partager cet article

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article

commentaires

Oscara 24/02/2013 22:36

Je ne connais pas ton histoire, mais tu parlais de ton psy, alors je suppose que tu prends les choses en main pour que la souffrance disparaisse. J'ai lu des articles intéressants sur un site "psy"
dont celui-ci... j'espère que cela t'aide : http://www.redpsy.com/infopsy/dependance2.html
Courage !

Daria 24/02/2013 14:19

Je comprends tout à fait ce que tu ressens.
Il y a un truc qui m'a sauté aux yeux en te lisant, c'est le fait que tu parles de ton rapport à ton corps et à la nourriture et justement à un moment, tu dis : je ne parle pas de "ce qui me bouffe
clairement."

Ayant tendance à faire de l'hyperphagie, et ayant été cette petite (enfin, jeune ado) qui faisait mine de rien malgré son oeil au beurre noir, est-ce qu'on ne pourrait pas dire que bouffer c'est
peut-être une façon d'étouffer les mots (les maux), d'étouffer la tristesse, la colère ?

Et que se sentir fondamentalement moche ou grosse, en tout cas invariablement repoussante, atteinte au plus profond de soi-même par l'attitude du mec qui est mou et qui s'en fout, ça peut venir du
fait que son corps, avant, a été maltraité.
Que c'est pas facile d'aimer son corps quand il a reçu par exemple un oeil au beurre noir et que vouloir coucher avec tout le monde c'est pour chercher désespérément à le réparer, ce corps qui a
été abîmé.
Et en tombant sur le mec mou qui s'en fout, c'est comme si on en entendait (à tort) : "Non, ton corps ne mérite pas d'être réparé, d'être aimé". Alors que l'on cherchait justement la réponse
inverse. (Je pose juste des hypothèses, hein).
En tout cas, essaie de ne pas te culpabiliser de re-manger, dis-toi que si ça recommence c'est juste parce que c'est l'expression d'une souffrance qui demande à être entendue, mise en mots. C'est
l'appel d'un corps qui ne demande qu'à être aimé, protégé, écouté, rassuré.
Bon courage et bravo pour ton article, pour avoir exprimé tout ça, plus tu le sortiras hors de toi, moins ça te "bouffera" ;).

Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton