Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 13:29

251525_224571087554685_134569159888212_984576_6805681_n.jpgcrédit photo.

C'est le sentiment que je ressens en ce moment.

J'étais là, assise sur ma chaise de court, j'entendais ce que le prof racontait, mais je ne comprenais rien. Puis il est venu la séance d’exercice, j'étais toujours là, je regardais ma série, je ne comprenais rien. Les autres s'activaient, réfléchissaient, et moi je restais là.

J'aurais dû demander de l'aide, mais j'ai le sentiment d'avoir raté un train. J'ai trop honte de ne pas comprendre de quoi on me parle, ou trop peur de me rendre compte de mes lacunes.

Quand j'arrive à essayer de me motiver à bosser, je pédale dans la semoule, rien rien je ne comprends rien.

J'ai l'impression que depuis l'enterrement de ma grand mère vendredi dernier je retombe aussi bas qu'au début de l'année, qu'au début de ce blog. Mais pourtant il y a quelques semaines je rigolais j'avais envie de sortir, oui je faisais des crises, mais j'avais envie d'aller en cour et d'apprendre.

Là je me sens submergée.

Je comprends pas ma place ici et là bas. Je me sens inutile là mais comme si je n'y étais pas ou comme si je ne devrais pas.

Le chocolat et mon lit me semble une bonne solution, mais je sais que non.

Aller faut que je bouge mes fesses.

Repost 0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 11:22

 

Lassitude.jpg

 

Comme je vous le disais précédemment, Vendredi soir je suis allée à l'anniversaire d'un ami, il y avait M.

Lorsque j'arrive, il y a beaucoup trop de monde pour faire la bise à tous, je fais un salut général.

Je discute avec des amis, mais je l'ai toujours dans le coin de l’œil. Je reperds tout de suite qu'il est complètement ivre. Je le vois discuter avec S, dans le creux dans son oreille, ça me rend dingue mais je me contiens. Je me contiens par ce que j'ai pas le choix de toute façon

La soirée passe, S vient me parler, me confirme que M est complètement bourrée, qu'il l'a dragué. Je déglutis, souris et ne montre surtout rien. J'ai envie de l'étriper. Je lui avais dit que j'étais super attirée par lui (toujours garder ses rivales en amis), elle est pas au courant que politiquement parlant toute les vérités ne sont pas bonnes à savoir?!

Elle me raconte leur conversation, en gros il lui demande si elle est toujours en couple, elle fait comprendre que c'est compliqué mais que oui. Il répond « ah dommage », je déglutis et souris toujours. Puis elle lui demande si il est pas une copine, lui tout de suite « ah mais comment tu sais c'est ça ? », elle répond que je lui ai raconté. Et lui « Non mais Mag elle est bizarre ». NON mais t'es sérieux ? Je suis bizarre ? Connard !

La soirée passe, j'arrive à en faire abstraction, je le trouve pathétique quand il est bourré à ce point.

J'ai le sentiment qu'il m'évite. Il y a de la place à coté de moi sur le canapé, mais non lui il veut s'asseoir là ou il y a plein de monde et ou il sont tout serrés.

À un moment dans la soirée, on se croise. Et il me dit « Tu m'as même pas dit bonjour », lorsque je lui réponds que faire la bise (et 3 surtout) c'est chiant quand y a trop de monde, il me sort « oui mais c'est moi ». NON mais tu te fous de ma gueule ? C'est toi quoi ? Toi le connard qui quand j'ai besoin de lui par ce que je suis au fond du trou m’envoie chier ? Toi qui connais tout de ma vie, et donne pas de nouvelle depuis des mois ? Toi qui as joué avec moi, et s'est bien foutu de ma gueule ? Oh oui mon coco t'as du charme et toutes les nanas ne te résistent pas, et même moi, t'es content t'as pu le vérifier ?!

Oui ça c'est bien toi, alors non j'ai pas spécialement envie de te dire bonjour, j'ai même pas envie de te voir. Je veux que tu reviennes c'est tout.

Je lui réponds alors qu'étant donnée qu'il fait pas partie de la catégorie des gens gentils je vois pas pourquoi je lui dirais bonjour.

Il continue de parler de me dire de la merde, qu'il aime bien mes bracelets ect. Il me tient par la taille, mais je veux pas qu'il me touche. Il essai de me mettre son doigt dans l'oreille, ça le fait marrer, moi non. Je me casse.

Et voilà c'est tout il part.

Deux jours que je rumine ça, que je suis énervée, soûlée de tout, sans savoir quoi faire.

Deux jours que j'attends sagement sur Facebook de voir quand il se connecte, d'attendre qu'il vienne me parler.

Je veux qu'il revienne. Mais ça n'arrivera pas, j'en ai conscience. Et je ne reviendrais pas vers lui. J'ai supprimé son numéro et heureusement sinon j'aurais déjà craqué plus d'une fois.

Bref, je le déteste autant que je l'adore (non aimer c'est trop fort). Il va falloir, refaire la carapace pour ne plus y penser et le sortir de mon esprit.

Mais surtout, essayer de ne plus jamais le voir.

Edit: il est connecté pendant que je vous écris, j'attends malgrès tout.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:55

 

Voilà deux jours que je vous parlais de mon ré-équilibrage alimentaire.

Hier tout s'est bien passé, une journée bien remplie.

Lorsque je suis rentrée des cours j'avais une heure à tuer avant mon cours de Zumba, j'étais plutôt fière de moi car je n'ai pas mangé. Oui j'avais envie de dévorer une tablette de chocolat, mais je ne l'ai pas fait.

Mais aujourd'hui c'est une autre histoire. En effet, ce soir je vois M. Je vais à une soirée d'anniversaire d'un très bon ami en commun, d'après l’événement Facebook il sera là. Le connaissant, il passera sûrement quelques minutes. Et mine de rien, ça me perturbe, surtout que toutes mes copines (dont S) m'ont plus ou moins lâchée elles travaillent ou ont d'autres anniversaires (c'est fou tous ses anniversaires en mars!). Et moi, bien sur je veux passer pour la fille super, qui a évolué s'en fou de lui, qui rigole, qui s'amuse et que tout le monde aime. Sauf qu'il n'y aura pas grand monde que je connais, et le fait de ne pas avoir mes copines comme appuient à qui parler me déstabilise complètement.

En plus j'ai déjà fait mentalement le choix de toutes les tenues que je pouvais mettre.

Tout ça pour expliquer, que par gourmandise et stress j'ai englouti la moitié de ce petit gâteau au chocolat, constitué de beurre, de crème fraîche, de sucre, de chocolat, et de sablé (bientôt la recette ici).

P1010626.JPG


Alors autant vous dire que je culpabilise à fond, mais non ça sert à rien de culpabiliser. C'est fait, c'est fait. J'adapterais mon repas de ce soir, plus léger et là je vais aller faire une balade pour éliminer un peu.

 

Et je cherche quoi mettre avec mes nouvelles chaussures :

P1010614.JPG

Sachant qu'il ne fait pas très beau/chaud.. je peux pas être pieds nus dedans. Et j'ai peur qu'une robe fasse trop..p*te.

 

Des idées ?

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Remise en forme - régime.
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 22:10

 

Ce matin, comme toute la journée (sauf le moment où je me suis empiffré de brownies), je suis pleine de bonnes résolutions. Toujours les mêmes, me direz vous. Tellement les mêmes que j'ai hésité à publier ce billet.

Je sens que tu as trouvé. Et oui il s'agit bien encore une fois de maigrir.

Oui sauf que cette fois si j'ai envie de faire les choses correctement et durablement. Et surtout j'ai envie d'y croire. Je n'ai pas envie de me dire que « de toute façon »  dans deux semaines j'aurais fait une crise qui aura tout foutu en l'air.

Alors pour cela, analysons d 'abord mon comportement alimentaire.

En ce moment il est désastreux, c'est à base de gâteau au chocolat, biscuits, chips sandwich.

 

1er constat :

Je mange presque tous les midis à 13h, même en mangeant un bon petit déjeuner j'ai toujours envie de manger à 11h ou 12h. Noter que je dis « envie  de manger » et non « faim » . Car c'est pas réellement de la faim, mes copains vont en général se chercher un truc à grignoter : croissant, pain au chocolat, biscuits. Et moi je salive comme une grosse truie. Mais en général, le matin j'arrive à me contenir., mais du coup ma tête réclame du chocolat (même si j'en ai déjà mangé au petit dej)

 

2e constat :

Je mange mal le midi. La nourriture des restaurants universitaires me dégoutte, c'est en général des pâtes à l'huile, 3 morceaux de viande en sauce qui se battent en duel, et des légumes mouillés. Bref ça me répugne. Du coup je mange : salade ou sandwich ou soupe, avec un fruit sauf que c'est vite lassant et pas du tout un plaisir.

J'ai essayé de m'apporter à manger et de faire réchauffer, mais très vite je finis par manger tout le temps la même chose, ou à me lasser.

Si vous avez des idées de menu à emporter que je peux me faire, dites le moi.


3e constat :

Après midi rime avec goûter dans ma petite tête. Qui dit goûter dit chocolat, et là mes copains vont toujours s’acheter un petit truc ou mangent devant moi. À certain moment j'arrive à faire face, à ne pas craquer à d'autres non . Je vais m'enfiler des gâteaux ou un pain au chocolat. Ou alors je rentre carrément chez moi faire une crise.

Le pire c'est que concrètement j'ai pas faim, mais j'ai besoin de faire une « pause » de recharger les batteries. Et le seul moyen que j'ai trouvé c'est de manger.

Il faut que j'arrive à trouver quelques chose d'autres pour me détendre, pour passer cette envie.

Je me suis acheté un petit carnet pour noter justement ses moment là, et chercher quelque choses pour les contrer.


P1010618.JPG

 

4e constat :

J'ai associé rentrer chez moi à manger. Alors parfois je dîne tôt, c'est pas trop un problème ça. Mais quand je rentre et qu'il est 15h, il faut que j'arrive à me mettre à l'activité que j'avais prévu, c'est à dire :travailler, aller faire mes courses ou du sport, sans avoir besoin de me remplir (de nourriture) avant.

Et avoir des idées de dîner bon et léger en même temps. Des suggestions ?

 

5e constats : (ça commence à faire beaucoup là)

Arrêter de me servir de la nourriture comme paravents. Ce n'est pas en me concentrent sur mon poids et en m'autoflagellant que je vais régler les vrais problèmes ou affronter la vérité en face.

La nourriture n'est pas un refuge. Je pense que ça sera une des parties les plus dur.

 

Et surtout il ne faut pas que je culpabilise à cause d'une crise. J'en ai fait une, et bah tant pis. Il faut que je cherche à savoir pourquoi je l'ai fait, et comment j'aurais pu l'éviter.

Le temps d'adaptation va être long mais j'ai surtout envie d'y croire encore. J'ai envie d’être fière de moi, et de pouvoir enfiler cette nouvelle (de février) petite robe, sans me sentir boudinée).

2012-01-23-15.50.53.jpg

 

Alors concrètement en chiffres ça donne quoi :

 

Aujourd'hui c'est à dire le 7mars2012, je fais 57kg.

 

Poids le plus bas pesé(dans les dernières années) : 50kg à mon arrivée en suisse, il y a donc 3 ans. J'ai donc pris 7kg depuis.

 

Mon but ré-atteindre les 53kg que je faisais en début d'année.

 

Il faut donc que j'en perde 4.

 

J'ai 19% de masse grasse, et 56% de masse d'eau d'après ma super balance high-tech.

 

Au niveau du sport : j'en fais 2 fois par semaine :

Le lundi disco fit (style aérobie), et le jeudi Zumba. Je rajouterais bien le week-end natation ou course, mais j'ai peur de pas tenir.

De plus tous les matins et tous les soirs je vais en cours à pied (15min) ou à vélo.

 

Alors c'est le soir, je suis pleine de bonnes résolutions, mais j'espère tenir.

Je pense que je vous ferrais sûrement des petits billets chaque jour ou de temps à autre pour m'encourager et relâcher la pression.

Ainsi qu'un billet toutes les semaines avec une avancée des chiffres (de mon poids donc).

 

 

P.S : des idées pour atténuer la cellulite ?

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Remise en forme - régime.
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 09:36

 

La féministe que je suis a été très touchée par l'article de Marie Claire (seul magazine féminin que je lis à présent) sur la métamorphose femme-homme, et sur les différences entre les femmes et les hommes, notamment dans les milieux de pouvoir.

Pourquoi une femme doit-elle se battre, s’imposer plus qu'un homme, et continuellement prouver sa valeur ?

Je ne vous parle même pas des différences de salaires à poste égaux.

Pourquoi si l'on naît avec des seins et un vagin on est tout de suite diminuée ?

Nous restons des êtres humains, avec les même capacités que les hommes. Oui certes il y a une différence physique, je ne pourrais certainement pas être déménageuse.

Au final la femme me paraît plus forte. Mener de front vie de famille et vie professionnel sans en délaisser aucun, elle y réussit.

 Quelques exemple de l'article:

(Je ne vous met pas tout, pour pas  gacher le plaisir de certaine lectrice du magazine)

Anne Lauvergeon

Présidente du conseil de surveillance de "libération".

Ex-PDG d' AREVA

"Le machisme ordinaire existe. Certaint ont du mal à comprendre que la diversité est une richesse."

 

anne-lauvergeon.jpg

Rachida Dati:

Maire du 7e arrondissement de Paris,

Députée européenne.

"Les hommes de pouvoir aiment les femmes dans l'effort, pas dans le succès."

rachida-dati.jpg

 

Mercedes Erra:

Présidente d'EURO RSCG,

Directrice générale d'HAVAS.

"Ce n'est pas normal que les filles fassent de si belles études et qu'elles songent ensuite à arrêter de travailler."

 mercedes-erra.jpg

Le 8 mars c'est la journée de la femme. Ne l'oubliez pas.

Une journée pour rappeler que nous existons. Fermons le claper à ceux qui nous disent « La femme a une journée, l'homme en a 364 » (dans cette année 365).

Il faut se battre sans cesse pour faire rappeler nos droits, et pour égaler l'homme. Alors que nous sommes tous des Hommes, avec un grand H.

J'ai trouvé que le sujet de la case mademoiselle gâchait la cause féministe. Par ce qu'au fond on s'en fou, Non ? Puis se faire appeler Mademoiselle peut rester flatteur, appeler une enfant de 3ans Madame sonne étrange. Pour moi, c'était futile sachant qu'il y a plein plus à s'occuper, comme la différence des salaires, les violences faites aux femmes..

Mais c'est sujet là sont plus lourd, plus gros à attaquer et pas facile. Alors la case Mademoiselle permet de ne pas faire oublier le mouvement.

Il faut continuer de se battre pour nos droits, car si des femmes ne l'avaient pas fait auparavant pour nous, nous ne pourrions ni travailler, ni voter. Alors faisons le pour nos (futur) filles.

 

Quelques rappels :

21 avril 1944 : le droit de vote aux femmes.

1967 : Légalisation de la contraception

1972 : Loi sur l'égalité des salaires entre les hommes et les femmes. Pourtant à l'époque actuel il y a toujours 30% de différences dans les salaires.

1975 : Loi Veil sur l'avortement

8 mars 1977 : Création de la journée de la femme par l'ONU.

6 juin 2000 : Loi portant sur l'égalité de l'accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives.

Notons aussi, qu'en France et en Europe, nous sommes très chanceuse. Car dans certains pays, les femmes n'ont pas encore le droit:

  • -au divorce

  • -à l'avortement

  • -à la liberté d'expression (choix du mari, de vie..ect).

 

Je pense ne rien vous apprendre dans cet article, je veux juste rappeler la cause. Pour l'écologie et le féministe sont deux sujets très important, pour lesquels je ne cesserai de me battre.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Livre de chevet - et autres
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:10

  P1010593-1.JPG

On a l'impression que je suis terrorisée sur la photo.

Tous les jours je me maquille de la même façon, sûrement comme beaucoup d'entre vous. Lorsque je vois toutes les blogueuses beauté, je me dis qu'elles doivent quand même un attirail de dingue, du temps et de l'imagination pour faire tout ça. Et surtout qu'est ce qu'elles en font une fois qu'elles ont testé un produit ?

Je ne sais pas me mettre du mascara. Lorsque j'en mets vous pouvez être sur que j'en ai partout sur la paupière. Mais là, le coton de tige devient vite mon allié et personne n'y voit rien.

mascara-the-colossal-liquide-jaune-gemey-maybelline-6551276Avant j'utilisais le mascara « The colossal » ainsi que « cil à cil » de gem ey- maybelline, les deux coutent à peu près 13euros dans les magasins, comme monoprix.


Les deux étaient très bien : bonne tenue, suffisamment noir, et fait bien son boulot.

Le colossal, permet de surtout donner du volume, et le cil à cil de bien dégager les cils tout en donnant du volume.

Pour ma part j'aime les mascaras avec une grosse brosse, vous l'aurez compris je recherche plus le volume que la longueur.

mascara-cil-a-cil-liquide-rouge-gemey-maybelline-657127657-


Si vous avez un petit budget et que vous voulez un produit de qualité, je vous le conseille vivement.

 

 

 

 

 

Sauf que maintenant j'ai changé, j'en ai eu marre. Ça faisait un moment que j'utilisai le même, j'avais envie de nouveauté. Sur les conseils d'une amie j'ai acheté « Volume Millions de cils extra black » de l'Oréal à 17euros chez Séphora.

mascara-volume-millions-de-cils-extra-black-pvc-gris-bleu-o


Au début j'étais sceptique il me piquait les yeux quand je le mettais, mais il fallait un temps d’adaptation à ma peau.

Maintenant je l'adore. Déjà, il porte la mention « extra black » , je peux vous dire que c'est bien le cas.

Sa brosse est très facile d'utilisation et surtout évite les paquets. Je vous l'ai dit je ne sais pas me mettre de mascara.

Il a une super tenue. Il tient tellement bien même que parfois le soir j'ai du mal à l'enlever.

C'est mon nouveau chouchou.

 

pince-recourbe-cils-une-mousse-de-rechange-sous-blister-ind.jpgAvant de me mettre du mascara j'utilise toujours une pince à cil, qui permet de leur donner plus de longueur.

Je commence toujours par mettre le mascara lorsque j'ai la paupière fermée, du mauvais coté dirons nous. C'est une vendeuse Sephora qui m'a conseillé cette méthode pour avoir plus de volume. Après je continue de mettre le mascara normalement.

 

 

 

Suite à ce mascara je mets toujours un trais de crayon marron au dessus des cils, piquait dans le placard de ma mère. Celui que j'utilise, est tellement usé que je n'arrive pas à lire la marque dessus. En tout cas c'est toujours la couleur chocolat.

Une fois que le mascara à séché je redonne un petit coup de pince à cil pour fixer la longueur.

b_025172.jpgLors de grande fatigue, j'applique l'anticernes longue tenu de Lancôme à 29,75euros. Je l'applique en dessous de l’œil. Et lorsque ma paupière est un peu grise ou fatiguée je l'applique sur la paupière aussi. Ça permet d’illuminer le regard, toujours conseiller par la même vendeuse Séphora. Cet anticernes, c'est mon chouchou, jamais il me quitte, il me sert aussi de cache bouton. Il a une super tenue, illumine parfaitement et reste très discret.

 

 

 

En général je rajoute toujours un peu coup de poudre nuxe, mais je vous en ai déjà parlé, et un petit rouge à lèvres Lancôme.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Beauté: mon corps &moi
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:11

 

P1010519.JPG

Ma réalisation

 

Depuis que je suis arrivée sur la blogosphère il y a quelques mois, j'ai fait un bout de chemin.

Écrire, poser les mots qui tournent dans ma tête m’enlève un poids, me soulage. Alors j'avance petit à petit au lieu de rester focaliser dessus.

En vous lisant, je me suis senti moins seule, j'ai vu que pleins de fille était dans mon cas, peu importe l'âge. Qu'en réalité on est en perpétuelle construction et recherche de soi, ça ne va pas tomber du ciel tout cru.

Grâce à vous j'ai aussi beaucoup ris devant mon écran, j'ai appris pleins de chose, et je m'enrichis de jour en jour.

Et vos commentaires m'ont beaucoup aidé à remettre les choses au clair dans ma tête, et votre soutien est un réconfort.

 

Il m'arrive souvent dans la journée de lire un de vos articles, de ne pas laisser de commentaires puis d'y repenser dans la journée, un peu comme si vous étiez des copines de longue date.

Alors je voulais vous remercier toute pour être vous même.

Et notamment Lily qui m'a poussé dans mes retranchements, m'a fait comprendre qu'il ne faut pas accepter une situation tel quel est si elle ne nous plaît pas, mais se bouger, se battre pour que ça change, et que la plainte n'est pas la bonne solution.

Cette fille a le cœur sur la main, et j'admire sa force de caractère et sa vision des choses.

 

Puis il y a Marion, qui lors de ses différents commentaires m'a redonné l'envie, et surtout l'envie de cuisiner. Je mettais résignée la pâtisserie ne serait jamais mon métier, du coup je ne faisais plus rien. Une chose que je ne vous ai jamais dit, c'est qu'à la base j'avais un blog de cuisine, c'est comme ça que j'ai connu hellocoton. Dans ma résignation ce blog je l'avais laissé à l'abandon. Et la jolie Marion est arrivée, elle m'a expliqué que rien n'était acquis, qu'en période de crise elle avait eu le courage de quitter un job qui ne lui plaisait pas, alors que du haut de mes 20 ans rien n'était joué. Elle a même suggéré l'idée de prendre des cours de cuisine pour m'améliorer et apprendre de mon coté. J'en avais toujours rêvé, j'avais même économisé de l'argent pour. Mais j'étais résignée alors non, je ne faisais rien. Sitôt son commentaire et sa proposition lu, me voilà dégainant ma carte bleue pour m'offrir un cours sur les croissants et les pains au chocolat chez Lenôtre. Petit à petit j'ai republié sur mon blog de cuisine, et j'y ai repris goût.

 

Pour les curieuses tous les informations sur mon cours (qui était génial) sont ici.

 

Ce post est un grand merci pour vous toute.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 15:05

dyn001_original_800_600_pjpeg_2544134_6c39b48000e4abb54a50b.jpg

 

Ma grand-mère, celle qu'on appelait grand-mère chocolat, elle s'est éteinte dans la nuit de lundi à mardi. Elle est partie sans souffrir d'après les médecins. Elle avait passé une bonne après midi avec deux de ses enfants, elle était en forme.

Dans la nuit j'ai rêvé de sa mort, j'ai eu du mal à dormir. Le soir des amis m'ont parlé d'une soirée ce week-end en me disant de venir, je leur ai répondu que oui, mais que je ne serais peut être pas là car ma grand mère était à l’hôpital. Comme si je le sentais, comme si je le savais.

Ma mère n'a pas non plus réussi à dormir.

 

J'ai beau me répéter qu'elle est morte, que c'est fini je ne réalise pas. Je ne suis pas là bas, je ne vois pas, la réalité ne m'affecte pas. Je ne me suis pas encore écroulé, je n'ai pas encore pleuré.

Je me sens coupable d’être là en Suisse alors qu'elle est morte. J'aurais voulu être à ses côtés.

 

Mais heureusement, il y a quelques semaines avec ma cousine nous sommes allé la voir à la clinique. Le spectacle était dur à supporter. La voir si petite dans son lit, m'a chamboulé. Elle ne nous a pas reconnu, nous prenait pour des infirmières. C'est la dernière fois que je l'ai vu.

 

Ma grand mère c'est cette femme à mes yeux belle et forte. Sa vie a était loin d’être rose. Mais elle a réussi à en faire une force. Elle craignait les hommes, et a donné le goût à ma mère et moi du féministe.

Elle a trouvé son père mort dans sa chambre à l'âge de 13 ans, il s'était suicidé.

Elle est née et a grandi au Maroc. Puis à tout quitter : ses souvenirs ses ancêtres ses biens sa vie pour partir en catastrophe en France, lors de la décolonisation.

Elle a élevé quatre enfants sans jamais ce plaindre.

Elle a vu son mari la tromper, mais est restée là pour lui. Elle a encaissé sans broncher. C'était son éducation, mais sa force aussi.

Elle a toujours accueilli ses petits enfants avec plaisir.

Elle a toujours eu l'art de bien recevoir ses invités.

 

Quand elle voyait un bébé, elle sifflait pour le faire rire.

 

Lorsqu'on allait en week-end dans leur maison de campagne en Normandie, elle nous accueillait toujours avec des pommes dauphines et des esquimaux. Puis pour le goûter elle nous préparait des tartines avec du beurre salé et du chocolat rappé.

Qu'est ce qu'on a pu s'amuser, et faire des bêtises avec ma sœur et ma cousine.

 

C'est elle qui m'a cousu tous mes doudou, et même celui que j'ai encore.

 

Elle ne montrait que très peu son amour, peu de signe affectueux, mais on savait à sa façon qu'elle nous aimait, qu'elle était là.

 

En vieillissant elle a commencé à devenir méchante, nous dire qu'on avait grossi ect.. Je lui en ai longtemps voulu, maintenant je comprends que c'est la vieillesse qui parlait.

 

Une petite flamme s'est éteinte.

 

Le plus dur reste à venir, la famille va se déchirer pour l'héritage. Mais quelle importance, il faut garder nos souvenirs et pas les choses matérielles.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 20:34

 

P1010712.JPG

 

Déjà de base, les enfants et moi, c'est comme les chiens j'aime pas. Ça pleure, ça crie, ça touche à tout, ça bave, ça morve. Bref c'est jamais propre et ça fou le bordel.

Sauf que quand ma sœur à eu le sien je me suis dit « Oh il est vachement beau », j'ai eu envie de le materner, de lui donner et recevoir des câlins.

Mais ça c'était avant. Avant, quand il était encore tout petit, qu'il passait son temps à dormir et manger.

Maintenant il a une quinzaine de mois, des tendances super actives et à faire des crises.

 

Pendant mes vacances je suis allée le garder une après midi. Lorsque j'arrive, il me fait plein de câlins, de bisous en m'étalant ça bave, alors que d'habitude il pleure dès que je l'approche, car il me voit pas souvent. En réalité le marmot, il m’amadouait.

J'essaye ensuite de jouer avec lui, mais rien n'y fait ça ne l’intéresse pas. Je décide donc d'aller faire une tarte pour ma sœur, je vais dans la cuisine, j'allume le four. Pendant que j'ai le dos tourné, il allume le gaz, j'ai mis un certain temps à m'en rendre compte. Ça a fait sauter les plombs. Une fois que j'ai fini par trouver les fusibles, j'avais peur que tout explose si je remettais le courant. J'ai fini par le faire, et je suis toujours en vie, rien ne s'est produit.

 

La journée se poursuit, il touche à tout, casse tout, m'étale ça bave et ça morve dessus, m’empêche d'aller aux toilettes. Il ne veut pas se changer, ni faire sa sieste. À bout de nerfs (et de force comme j'avais peu dormi la veille). Je décide de partir en ballade avec lui. Je l'installe dans la poussette et hop on est partie.

Alors déjà, le gars qui a construit le trottoir il a pensé que des poussettes aller rouler dessus ? Non mais y a des trous de partout, des changements de niveau et souvent pas de bateaux. Le pire que j'ai fait ? La monter en tournant serré. Non mais ma poussette c'est pas une tout terrain, elle a pas des roues de 4*4.

Une fois que j'ai fini de pester contre l'état des trottoirs, je me rends compte que le petit dort. Hop hop je fille à l'appart espérant un peu de repos. Une fois arrivé devant la porte d'entrée, c'est fini le marmot s'est réveillé et ne veux plus dormir. J'ai eu envie de le jeter par la fenêtre et de pleurer, mais non j'ai pris mon mal en patience. J'avais absolument aucune autorité sur lui, et ça m'épuisait.

 

À la fin de ma journée j'avais mal partout, plus de dos, de la morve partout.

Et je me suis dit que non, les enfants même si ils sont beau, c'est pas pour moi. Après on dit que quand c'est le notre c'est différent. Mais, non, ou alors le mari est très présent.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 19:56

 

top-photo-bon-voyage-valise.jpg

 

 

Il y a des jours comme ça où tu t'en prends plein la gueule et tu comprends pas pourquoi. Toi, ça fait des mois, voir des années.

T'as l'impression que ça s’arrête jamais, entre ta sœur et son enfant, le burn out de ta mère, ta grand mère qui entrain de crever, tes cours, et ton père. T'en vois plus le bout. Un peu comme si quelqu'un là haut avait dit « Tiens ça va mieux, non attend il me reste encore des briques à t'envoyer. Prends toi ça dans la tronche ».

Tes vacances ça a pas été des vacances, t'as passé ton temps à pleurer, à dormir à droite à gauche. T'es épuisée. Mais t'as fini par prendre conscience que maintenant ça allait être comme ça, ça là toujours été a vrai dire, mais la c'est sur, c'est clair net et définitif.

 

Hier avec ta mère autour d'un thé vous discutaient, tout d'un coup sans savoir pourquoi vous parler de ton père.

Là elle te dit qu'elle en a marre de faire l'intermédiaire, que c'est sur y a un problème entre vous. Mais dans une famille normalement constituée vous auriez parlé, discuté, crevé l'abcès, non chez toi parler avec lui c'est impossible, tu t'en prendrais trois dans la gueule alors non.

Et c'est là qu'elle te sort qu'il vaut mieux pour toi ne pas passer plus de 3 jours chez toi, sinon ça pète, et c'est toujours toi qui souffres au final. Qu'il vaut mieux que t'aille vivre, et dormir chez des copains, qu'elle te verra en dehors, vous iriez déjeuner toutes les deux. Qu'il faut que tu te détaches de lui pour avancer, te construire sans lui car il te détruit.

Déjà tu te rends compte que t'es pas folle, non t'es pas folle, t'as même raison il s’acharne sur toi depuis des années. Partir, passer plus de temps chez les autres tu le fais déjà, tu l'as toujours fait. T'as toujours été la nana qui se baladait avec une trousse de toilette et un change dans son sac, et tu le resteras. Tu te sens SDF, t'as deux chez toi, mais en réalité t'en as aucun.

Tu l'as toujours fait par survie, c'était inné chez toi, mais le fait de te l'entendre dire par ta mère, qu'elle te le confirme ça t'as tué. T'as pris conscience que t'as pas ta place dans cette famille, t'es un paria.

Un paria que ton père ne peut pas supporter par ce que quand vous étiez petite et qu'il levait la main sur vous, tu lui répondais, tu le défiais. Alors pour lui t'es une salle gamine insolente, égoïste et individualiste.

 

Là t'en pouvais plus, t'as craqué. T'as tout dit à ta mère, qu'il t'avait frapper devant ton beau-frère en vacance pour un sachet de thé, que toutes tes copines en avaient peur, que t'avais rêvé pendant des années qu'elle le quittait, que t'aurais voulu être un mec pour lui péter la gueule.

Et là elle s'est mise à pleurer, elle m'a dit avoir souvent hésité à le quitter, que c'était horrible de vivre avec la culpabilité de savoir que ton mari bat tes enfants. Tu t'étais jamais mis à sa place, ça doit pas etre simple aussi.

 

Alors je demain je vais partir, je vais rentrer en Suisse, je reviendrais peu. Je serais toujours là mais pas là, je vais organiser mon été pour passer le moins de temps chez moi possible. Je vais m'éloigner le plus possible d'eux, et même de ma mère, même si ça fait mal. Il faut que j'avance. Il faut que je parte. Il faut que j'accepte de laisser ma place.

Et que je me construise ma famille à moi, avec mes amis.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article

Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton