Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:26

 

Par ce qu'un jour, il va bien falloir que je me décide pour mon avenir, que ce jour là est bientôt arrivé. C'est dans un an. Je commence déjà a y réfléchir maintenant car si j’arrête mes études d'ingénieur il faut que mon plan derrière soit béton pour que mes parents accepte. Et pour faire taire tout ça qui trouve ça « mal » d’arrêter de si bonne études pour faire quelques chose de manuel.


Ma situation : Je suis actuellement en 2e année de Génie civil à l'école polytechnique de Lausanne. J'ai fait aussi une année de prépa dans cette même école. Je suis alors en théorie à bac +3.

Mon idée :Finir mon bachelor (=licence) dans un an, pour avoir un diplôme,ne pas avoir fait des études pour « rien ». Me réorienter pendant un an dans la pâtisserie, idéalement en alternance. J'ai déjà trouvé une école à Rouen, je continue de me renseigner pour d'autres école. J'ai juste peur que comme j'aurais 21-22 ans, on ne me prenne pas en alternance car on doit me payer plus.

A la fin de l'année si ça ne me plaît pas, je reprend mon master en génie civil, je serais fixée. Si ça me plaît je continue dans cette voie.

Niveau logistique : Il faut que je trouve le financement: mes parents me payent des études  jusqu'au master. Rendre mon studio ou le sous louer pendant un an ?! Trouver un employeur. Et trouver un nouvel appartement à Rouen. Organiser le déménagement.

 

Comme j'arrive pas à me décider j'ai fait un tableau des points positifs et négatifs :

 

 

Pâtisserie

Génie Civil (BTP)

Positifs :

  • un sujet qui intéresse

  • Le salaire

 

- Faire de ma passion mon métier

  • La « tranquillité » et la « sureté » de l'emploi

 

 

  • Rester dans l'environnement dans lequel je suis actuellement (L et mes potes, mon appart, ma petite routine)

Négatifs :

  • Es ce que je suis capable de bosser debout toute la journée ?

  • Faire quelques choses qui me barbe haut plus au point

 

  • Es ce que je vais réussir ?

  • Milieu d'homme

 

  • L'ambiance dans les cuisines et le machisme environnent ne vont-ils pas me dégoutter ?

  • Faire face aux ouvrier

 

  • Les horaires

  • Schéma « maison, labrador, monospace » qui m'angoisse

 

  • Sacrifice de la vie de familles ?

 

 

  • Le salaire

 

 

  • M'éloigner de L, peur que notre histoire prenne fin

 

 

  • Réadaptation

 

 

A la vue de ce tableau, on remarque tout de suite qu'il y a plus de point négatifs que positifs pour la pâtisserie mais faire ce que j'aime compte quand même puissance 10.

Vous me direz que au pire je perds qu'un an et ce n'est rien.

Mais ça me fait peur. J'ai peur d'aimer et ne jamais revenir dans mes études, et de la vie qu'il y a après.

En contradiction j'ai aussi peur de ne pas aimer, de ne pas réussir d’être déçue, et de donner raison à mon entourage.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Actu- société
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 22:30

 

201103304d929f61c0e59-0.jpg

 

Le streaming pour regarder des séries ne marchant plus, ce soir j'ai dîné devant les infos sur la 2.
Un sujet m'a marqué : celui de cette jeune fille qui s'est suicidé à cause de la pression des autres élèves. Ce jeune garçon Boris (ou quelque chose en is) qui avait du mal à s'exprimer qui est devenu la risée de la classe, et le souffre douleur des gros durs, Boris est maintenant scolarisé chez lui, l'administration n'ayant rien fait pour l'aider, malgré le fait que sa mère se soit battu pour qu'on l'aide. A l'époque on ne parle pas harcèlement pour un enfant n'existait pas.

J'ai toujours dit que la période la plus dur était celle du collège. A cet age là, les enfants sont des monstres. Le moindre défaut peut-être tourné en ridicule. On se sent oppressé, on a besoin de rentrer dans le moule.

Et moi j'en suis venu à me poser la question sur comment j'étais au collège. Et là, la révélation fut frappante. Je faisais partie de ses gens qui maltraite les autres. A proprement dit moi je n'ai jamais rien fait, mais je traînais avec eux, avec le groupe « cool » du collège. J'agissais pas mais je traînais toujours eux malgré tout, parfois même je rigolais de leurs « blague ».
Une fois ils sont même allés jusqu'à pisser dans le sac d'une pauvre fille. Même à cette époque ça m'avait choqué, mais encore plus maintenant. Personne ne mérite ça. Absolument personne, peut importe ses tares. C'est un manque de respect total.

Moi que l’injustice a toujours révolté, pourquoi je me suis pas révoltée à cette époque ? Sûrement par ce que j'avais peur de devenir moi la risée, et que je n'avais pas envie de m’opposer. Je suivais comme un mouton, comme une conne.

Moi j'avais le droit à quelques surnoms comme « planche à pain » ou « chemin de fer ». C'était lourd, ça me complexait encore plus.
Surtout qu'un de mes plus grands complexes maintenant c'est mes mollets, que je trouve trop gros. Je m'en serrais sûrement jamais aperçu si un garçon ne m'avait pas fait la « blague ». Je ne me serais peut-être pas posé de questions sur mon poids si je n'avais pas entendu tous mes copains critiquer et rigoler du physique de tel ou tel fille.

On détruit les gens. J'ai détruit des gens, ou du moins j'y ai participé. J'ai détruit des gens alors que je souffre qu'on met moi aussi détruit.


« Ne jamais faire à l'autre ce qu'on aimerait pas qu'on nous fasse. »

Une simple phrase qu'on nous répète souvent petit, mais tellement vrai.

Nous sommes des monstres, à cet age là du moins.

Alors oui il faut parler de harcèlement à l'école. Oui le mot existe aussi pour les enfants. Et oui on fait bien de lancer une campagne publicitaire contre. Oui car à cet age on ne se rend pas forcément compte du mal qu'on cause à l'autre.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Actu- société
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 10:00

actualite-securite-200x200.jpg

 

Mais où va-t-on ? Que fait-on ?

 

Ça fait un petit moment que j'ai cette idée d'article en tête. Et là il tombe au poil, avec la crise économique qui s'accentue, la mise sous surveillance de la France pour son triple A, l'accentuation des inégalités aux USA... Les attentats, tueries, les meurtres et les viols.. Et j'en passe.

 

Pour ma part, je regarde les infos seulement le matin sur France 2, comme ça dure que 10minutes ils parlent plus de l'économie que des « fait divers », mais lorsque je suis rentrée en France, j'ai regardé le journal de 20h, je me suis fait la réflexion « bah après ça, on a plus envi de sortir de chez soi ! ».

 

Plus le temps passe, plus on vit dans la peur . Il passait où le temps de nos parents,où ils faisaient du stop ,dormaient chez des gens qu'ils connaissaient peu ? Où c'était « Peace and Love » . Maintenant les gens ne s’arrête même plus pour aider une femme en panne sur l'autoroute, alors pour aider quelqu'un entrain de se faire agresser j'en parle même pas. Maintenant c'est chacun pour sa gueule et puis c'est tout.

Hier un de mes amis, c'est fait taper, juste comme ça, par des gars qui marchaient derrière lui, pour s'amuser. Ils lui ont juste mis quelques coups de battons, rien volé ni exigé. Non mais merde , ou va le monde ?! Dites mois.

 

Je vais bientôt de voir voter, comme tout le monde. Sauf que pour moi ça sera la première fois. La première fois, dans un monde comme aujourd'hui, ça me met la pression. Je ne sais pas absolument pas pour qui voter. J'ai reçu par mes parents une éducation de droite, L et surtout son frère sont des militants du PS. J'ai les deux versions, les deux avis, je suis complètement perdue, j'ai l'impression que les politiques sont pourris par l'argent . Je vois des bons et des mauvais cotés chez les deux.

Ils ne peuvent pas faire un compromis pour se mettre d'accord et me faciliter la tache ?!


Je vis un peu dans le monde « oui oui » . Mais je ne me sens pas en adéquation avec ce monde remplie de violence, je me pose des questions sur l'avenir, sur mon avenir.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Actu- société
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 11:45

Anesthesie sous hypnose par Rif

Ici hypnose pour l'anesthésie.

 

Lorsque je suis arrivé en Suisse, je suis allée voir une première psychologue. Celle ci pratiquait beaucoup d’hypnose ou la croyance aux anges ect.. J'ai donc commencé à faire de « l'hypnose » avec elle. Sauf qu'honnêtement au début ça marchait bien, puis un jour j'ai réalisé que je réfléchissais quand même à ce que je disais et que le diagnostic était alors faussé. A partir de ce moment là je me suis complètement bloquée dessus. Et quand elle me disait « vous arrivez à vous voir petite fille ? Qu'est ce qui a déclenché ça ? » J'avais envie de lui hurler dessus.

 

Depuis j'ai changé de psy et mon avis sur l'hypnose n'a lui pas changé, c'est du bullshit. Alors quand je suis allée voir ma nouvelle psychologue et qu'elle m'a dit qu'elle était spécialisée dans l'hypnose, ça m'a refroidi. Elle m'en parle à chaque séance : « oui avec l'hypnose on pourrait faire ci ou ça ». Sauf que je refuse toujours catégoriquement.

 

Avant j'avais la soupape du chuv où ils ont une section spécialisée dans les troubles alimentaires, j'ai finalement fini par appeler pour me renseigner. J'ai donc appelé Mardi, je suis tombée sur une secrétaire qui m'a dit que le médecin n'était pas disponible et qu'il me rappellerait. Jeudi, j'ai fini par rappeler en demandant pourquoi je n'avais pas eu d'appel, et là je me suis entendu dire «  Il a beaucoup de travail, vous inquiétez pas il va vous rappeler, il appel juste les gens dans l'ordre ». ABON ?! Je veux bien qu'il est beaucoup de travail et tout, mais comment traiter un trouble si on voit la personne une fois par mois ou qu'on met une semaine à la rappeler ?

 

Vendredi j'avais rendez vous avec ma psy, et à la fin de la conversation elle m'a demandé si venir aux séances me faisait du bien. Je lui ai dit que parfois oui et parfois non, qu'on faisait beaucoup de prises consciences mais que j'avais l'impression de ne pas avancer. C'est là qu'elle m'a sortie l'hypnose, que ça fait depuis 92 qu'elle a eu le diplôme, que c'est une médecine utiliser en psychiatrie, et qu'elle sait qu'elle peut m'aider comme ça, qu'elle voudrait donner le meilleur d'elle même pour m'aider à m'en sortir.


Mais je reste toujours sceptique, le souci c'est qu'aussi j'ai vraiment envie d'avancer et de m'en sortir. Alors je sais pas si accepter ou si continuer de blablater.

 

Vous en pensez quoi ?

Que pensez de l'hypnose de manière générale, vous y croyez ?  

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Actu- société
commenter cet article

Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton