Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 09:45

http://storage.canalblog.com/44/21/100126/66614718.jpg

«  Jusqu'ici, je n'ai pas vécu. J'ai obéi. A mes parents, à mes profs, à ce qu'il convient de faire, à ce qu'il convient de penser. Jusqu'à maintenant j'ai été un reflet muet, bien élevé dans la glace. Jamais moi. D'ailleurs je ne sais pas qui est « moi ». C'est comme si j'étais né avec un habit tout prêt à enfiler... »

Texte extrait de « Les écureuils de Centrak Park sont triste le lundi » de Katherine Pancol

Ce texte résonne en moi.

Un petit livre, sans prétention pour se divertir qui me pousse à réfléchir sur moi même.

Une vie « tracée » par des parents qui pensent bien faire.


Bonne en Math ?

Tu ferras S, et obtiendras ton bac avec mention. Puis tu ferras une prépa et une grande école.

 

Pour le moment j'ai suivi le chemin. Mais le chemin change, car cette vie n'est pas la mienne. Ce n'est pas ma peau.

 

Je suis sur le chemin de la recherche.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 20:23

2012-05-28-12.18.46.jpg

 

Accepter de voir les chiffres augmenter sur la balance tout en mangeant sainement et en pratiquant une activité sportive. Ils vont bien cessées d'augmenter un jour. C'est sûrement une réaction de mon corps à tout ce que je lui ai fait subir. Il a besoin de souffler, il a peur.

Accepter de prendre ses kilos pour guérir, avancer, aller de l'avant.

C'est arrêter de me gâcher une journée car j'ai loupé le métro. Il y en a dans 15 minutes, c'est pas la fin du monde.

Ne pas me prendre la tête, si on me décommande une soirée au dernier moment, ou que l'on ne me répond pas. C'est énervant, agaçant, mais tant pis je trouvais mieux à faire.

Accepter d’être la « maman » de mon groupe d'amis, car c'est moi. C'est ma façon d’être, et c'est comme ça qu'il m'aime.

Donner à L plus d'espace, plus de liberté. Il était arrivé à un point ou il ne faisait pas de surprise par peur que je l'engueule car ce n'était pas bien fait ( de quoi faire fuir un homme, mais il est resté, heureusement pour moi )

 

Lâcher prise, c'est surtout s'accepter, arrêter de vouloir tout contrôler, prendre les choses comme elles viennent laisser le temps faire. Mais ce n'est pas non plus, se laisser aller, ne plus rien faire, ne pas payer ses factures et se morfondre.

Il m'aura fallu un peu plus de 3 ans pour comprendre ce que lâcher prise voulait dire.

Je sens comme un poids qui s’enlève.

Je me sens bien.

Je sens moi.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 10:30

 

Deux semaines que je n'ai pas fait de crises.

Deux petites semaines que je réapprends à manger, à écouter mon corps et ma faim.

Deux semaines que je m'active et cours dans les séances, que je fais beaucoup de sport.

Deux semaines que je me sens bien.

 

Sauf que ce matin, je monte sur ma balance, et quand je vois qu'elle m'affiche un kilo en plus j'ai manqué de pleurer. Je ne m'attend pas à maigrir par ce que je mange du chocolat, des gâteaux ect..., je me prive pas, j'essaye juste d'apprendre à manger 1 ou 2 gâteaux pas tout le paquet.

Mais je pensais juste stabiliser mon poids.

 

Et bizarrement en ce moment j'aime bien le corps que j'ai. Ok j'aime pas trop mon bidon et mes cuisses cellulitées. Mais j'ai pris de la poitrine, et ça j'aime bien. Ils se mettent à pousser seulement à 20 ans visiblement. Alors pourquoi déprimer sur un chiffre ?

 

Avant quand mes copines se plaignaient d’être grosse, je me disais « mais pourquoi elles font pas un régime une bonne fois pour toute et on en parle plus ». En fait c'est plus compliqué que ça, la volonté n'a pas toujours quelque chose à voir la dedans.

 

Je vais essayer de ne pas m’arrêter à ce kilo pris, mais continuer d'écouter mon corps, et de réapprendre à manger.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 07:42

Je viens d'enfiler un de mes nouveaux de jean ce matin.

Finalement ça va, ça reste un jean.

Comme quoi faut que j'arrête de me regarder le nez au milieu de la figure.

 

Aller il faut positiver: des vêtements c'est que matériel, c'est pas important. Désagréable certes, mais pas important.

 

Plus qu'un examen en début de soirée, et je pourrais enfin souffler quelque jour jusqu'à dimanche.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 19:51

 

J'ai toujours été la première à dire qu'un vol c'était pas si important que ça, que des choses matérielles qui se rachètent. Mais que le pire c'est l'agression .

Tout simplement par ce que j'en avais sûrement pas vécu.

 

Quand j'étais petite je me suis fait agresser, j'ai eu une chance inouï et il ne m'est rien arrivé. Pourtant j'ai l'impression d'avoir mieux vécu la situation que maintenant.

Mais je me rassure en me disant que j'ai peux de souvenir de mon enfance, et que j'étais pas sortie pendant 2 mois.

 

Là tout les matins, je me retrouve face à mon armoire, et je cherche, je cherche qu'es ce que je pourrais bien mettre. Moi qui adore les vêtements, m'habiller, je me retrouve face au vide.

Et quand j'essaye enfin quelque chose ça va jamais : trop petit, trop serrer, trouer..

 

Là, n'importe qui me dirait « Mais va faire du shopping t'en as besoin ». Ah oui, mais autant te dire que ça me donne envie de pleurer. Pourquoi ? Par ce que je me rends compte que finalement y a pas que la balance qui augment, il y a mes formes aussi. Et voir que je rentre plus dans tel taille, que ce jolie petit haut fait ressortir ma petite brioche. Ça me donne envie de chialer.

 

Samedi, je me suis retrouvée a acheter 2 jeans, par ce que j'en ai plus aucun. Mais concrètement ils me plaisaient pas, mais je trouvais pas bien dedans. Mais il le fallait, je peux passer éternellement mon année avec le même pantalon ou la même jupe.

Et ma mère qui me dit «  Oh de toute façon on voit rien il est foncé ». Je sais pas si c'est moi qui interprète ou si elle me disait ça dans le style ça se voit pas que t'es un peu moins fine qu'avant ?

 

Bref c'était l'horreur.

 

J'avais enfin une armoire de vêtements que j'aimais, ça me faisait me sentir belle. Ça me donnait envie d'avancer.

En plus je te passe les problèmes que ça a causé avec mon père.

 

Et je m'entend dire par un flic « oh vous savez, ils se mettent sur les quais, font semblant d'aider quelqu'un à descendre. Puis une fois le train parti, ils ouvrent votre valise, et si il n'y a rien de valeur, ils la jettent sur les voies »

ça tombe bien y avait rien de valeur. J'ai eu la vision de mes vêtements éparpillé et déchiqueté sur les voies. J'ai eu une envie de meurtre.

 

Ah oui bien sur les assurances ne rembourse RIEN ! ( Ah se demander pourquoi on en paye une!)

 

Âme sensible s'abstenir de la suite, je laisse ma haine se déverser.

 

J'ai envie de lui crier :

«  Espèce de c*nard de sale enfo*ré de merde ! Tu crois vraiment que les gens ils laissent leur ordi/portable/ porte monnaie dans leur valise ? Ils sont pas con à ce point là ! Et puis pourquoi tu voles les gens ? Laisses moi te dire, j'ai pas de tunes, ceux qui en ont sûrement plus ça m'étonnerais qui se trouve dans le TGV ! Mais va plutôt voler les grandes enseignes qui se font des marges de ouf sur notre dos, plutôt que les gens comme toi !

Et rends moi mes fringues ou je t'étripe ! »

 

Dans le même style, j'ai une amie qui après avoir trop bu, vomissait dans la rue. Pendant qu'elle vomissait quelqu'un est venu lui enlever son collier et est partie avec. CLASSE .

 

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 12:33

 

2viqb1c.jpgphoto

Un rayon de soleil se faufile entre les rideaux, il me chatouille le nez, me réchauffe la joue. J'ouvre les yeux, les pauses sur mon réveil 9h30. Ça fait 9h que je dors, une éternité que je n'ai pas dormi aussi longtemps.

Je somnole pour me réveiller en douceur jusqu'au 10h. Une fois lever, je me rends vite compte que j'ai trop d’énergie, c'est le trop plein. Je commence à tout ranger. Puis je finis par avaler mon jus de citron, enfiler mes affaires de sport et partir me balader dans les champs derrière chez moi.

Je me connais, et je sais que cette énergie en trop est mauvais signe. La nature m'apaise, être au milieu des champs, voir tout ce vert et jaune, cette immense étendue d'herbe me ressource, me calme. C'est un peu comme être face à l'immensité de l'océan.

Le soleil me chauffe le visage, je suis bien.

Tout d'un coup, une fois arrivé en haut de l’énorme monté, j'ai envie de marcher vite, vite mais mes jambes ne suivent pas ma tête, alors je me mets à courir. Et je cours pendant 35minutes. C'est un parcours que je connais bien, je sais qu'il est pas facile, il est constitué de monter et de descente, je m’essouffle très vite, trop vite. J'ai chaud, j'ai les joue en feu. J'ai mal.

Mais qu'est ce que ça fait du bien. Je redécouvre le parcours, les petits coins cacher. D’habitude je cours le soir, dans la pénombre. Je me rends compte alors que la course c'est tout dans le mental, car quand je ne vois pas bien les petites montés, je ne m'en rend à peine compte, là si. Mais je continue, je respire. Je me sens libre, légère et soulagée.

 

Une fois rentrée chez moi, je me glisse dans l'eau chaude qui remplit ma baignoire. La chaleur m'enveloppe, détends mes muscles et mon cerveau. J'attrape mon livre et me plonge dans sa lecture.

 

Puis j'enfile une robe prête à profiter de ma journée.

 

Je suis bien, je suis calme, détendue. Pour une fois je suis pas dans l’excès, pas trop heureuse ou trop excitée, ni au fond de mon lit. C'est la plénitude. Qu'est ce que c'est bien.

 

M ne m’atteint plus. Hier j'aurais dû aller rejoindre mes amis dans un bar, mais prise dans mes recherches d'immersion pour cet été, j'ai pas vu le temps passer puis la flemme m'a pris. Quelle chance pour moi, M y était. Quand je l'ai su j'y ai pensé forcément, mais très vite ça met passé.

 

Je me sens légère comme l'air, prête à m'envoler.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 19:53

 

1222098339_chevre_trop_sales_ces_oeufs_zoom.jpg

 

Ça fait un moment que la poisse te suit et te colle aux baskets. Au début tu pensais que c'était juste passager, mais non ça dure et ça te coûte cher !

Février : tu rentres du ski, à la gare tu veux t'acheter un sandwich chez Paul, tu tends tes tickets resto de cet été pour payer, quand le vendeur te sort « on les prend plus désolé » tu restes sur le cul. Tu trouve ça étrange qu'ils les prennent plus.

Dans le train Tu les inspectes, et c'est là que tu vois écris en minuscule derrière« valable jusqu'au 31janvier 2012 ». On est le 2 février 2012. T'en rages, tu pestes contre mon crétin de bosse qui m'avait dit que c'était valable un an. Tu viens de perdre 70euros ! T'as la mort, mais comme pas possible. Oui un an, c'est une année de janvier à décembre, et pas un an de date à date comme tu pensais naïvement.

C'est comme cet été pour le boulot quand t'as acheté une carte imaginaire au moi le 17juillet. Alors que chez eux un moi c'est toujours pas de date à date. Non non c'est du 1er au 31. Ils peuvent pas faire les trucs logiquement ?! Je suis sur qu'ils se font du bénef là dessus. Ça t'as fait perde 40euros cette connerie.

Là au total si tu comptes, t'en es a plus de 110euros de perdu. (arrrggghhh)

Toujours dans le moi de février, je sais pas si tu te souviens mais il faisait moins douze mille. Tu venais de quitter une copine, tu sors dans ton casque neuf de septembre de sa petite housse, déplie les branches, comme t'as les mains gelé tu fais sa vite et hop là que je te sectionne un câble. Youyou. Durée du casque 6mois, son prix 40 euros !

Entre temps il t'as eu quelque merde, mais rien de non plus catastrophique ; perte de mascara, cassage de crayon..

Mais là en deux semaines, t'en a eu de bien grosses.

Tu prévoyais depuis un moment d'aller en Belgique voir une de tes copines qui fait ses études là bas. Déjà jusqu'à la fin de ses cours elle a que deux dates disponibles.. bon ok.. Tu regardes les prix sur Easyjet, vous vous mettez d'accord. Et hop tu réserves tes billets d'avions du jeudi au dimanche. Tu prévois de louper ton vendredi, car les cours que t'as sont pas très important et entre jeudi et vendredi les prix triplent.

T'avais juste pas penser à une chose. Cette semaine là, ton vendredi tu pourrais pas le louper. T'es niquer. Oui, t'as une semaine de projet obligatoire et tu seras perdu au fin fond de la Suisse entrain de faire des plans d'un projet durable.

Toi, t'as toujours dans le monde de oui oui, tu crois que c'est comme la sncf tu peux les revendre en changeant le nom, ou alors changer de vol en payant la différence. Mais tu tombes vite de ton nid douillet quand tu te rends compte que c'est 56fr PAR BILLET pour changer de nom/vol. Étant donnée qu'il t'ont déjà coûté 100fr (oui en Suisse c'est pas des euros, c'est des francs) si tu veux les changes t'en aura pour plus de 200balles, donc bah tant pis.

Encore 100fr (environs 80euros) de gâcher.

Aller jetons l'argent par les fenêtres, il en pleut de toute façon c'est bien connu.

 

La dernière date d'aujourd'hui, t'as exceptionnellement pas cours, entre des séances de révisions tu décides d'aller à la piscine. Oulalala c'est sympa de nager, l'eau sur le corps et tout le tralala. Tu te sens bien, relaxer en sortant. Tu files dans les vestiaires te rhabiller, en partant tu checks tes oreilles pour voir si tes boucles d'oreilles y sont toujours. Et bah devine, non il en manque une. Tu refais tout le vestiaire les yeux river sur le sol. Rien tu trouves rien. T'as du la perdre dans l'eau. T'es vener, tu t'es fait percer les oreilles y a pas longtemps et c'est ta mère qui te les avait offerte celle là. Tes premières boucles d'oreilles, t'y étais sentimentalement attachées.

Si tu pouvais arrêter de tout perdre/casser/foirer ça t'arrangerais bien !

 

Edit : Entre l'écriture de cet article et son postage, j'ai casé un saladier et une assiette.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 16:20

 

article_examen.jpg

 

Voilà ça y est la période de révisions s'achève, les examens commencent. Certains ont commencé aujourd'hui, pour moi le premier est mercredi. Rien que d'y penser je me sens cédée à la panique et au stress.

Lors de mes derniers examens de l'année dernière j'ai été sujette à des crises d'angoisses. J'ai appelé ma mère plusieurs fois à 4h du mat car je n'arrivais pas à dormir, j'arrivais tel un zombi à l'épreuve, rassembler mes forces et la passer haut la main.

Je sais qu'il y a des matières où je peux avoir une bonne note et d'autres ou je vais tenter de sauver les meubles.

 

Alors voici ma petite liste de conseils ( à essayer d'appliquer):

 

La veille :
- Vérifier que j'ai tout le matériel nécessaire (calculette, cartouches, stylo, formulaire, carte...)
- Prendre un bain et se détendre.
- Ne pas stresser par peur de ne pas réussir à s' endormir.
- Et surtout ne pas de demander comment ça fait quand on s’endort.
- Prendre du xanax en cas d'insomnie et de stress total.

Le jour J :
- Ne pas boire trop de thé le matin
- Rester calme et ne pas céder à la panique.
- Lire calmement les énoncés et prendre son temps pour éviter les erreurs bête. Il vaut mieux faire moins mais bien, que beaucoup et mal.
- Ne pas rester bloquer sur un exercice.
- Ne pas me répéter « je vais me planter, je vais me planter, je vais me planter, putain c'est quoi ce truc j'ai jamais vu ?! » Mais « je vais réussir, je vais réussir »
- Rester concentrée !!!
- Se relire.
- Avoir confiance en soi et ses capacitées.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 13:00

720.jpg

Je vous ai souvent  dit que mes étude d'ingénieur civil ne me plaisait pas, que j'aurais aimé faire de la cuisine, monter un restaurant. Alors pourquoi je ne le fais pas ? Par peur, par peur de l’échec et surtout par peur de me tromper encore une fois de choix, par peur que cette passion soit aussi trop liée à mes troubles alimentaires.

Je vous ai souvent dit aussi que j'ai plus ou moins choisi L, car c'était un «gars « bien » répondant à tous les critères mais qu'avant et même maintenant je suis toujours attirée par l'opposé. Alors pourquoi je ne le quitte pas ? Par ce que j'ai peur de me retrouver seule, que mes parents et les siens me fassent des reproches. Et surtout je ne me vois pas vivre sans lui.

J'ai remarqué que j'étais très indécise, que ce soit pour une paire de chaussures où une décision importante, il me faut toujours l'avis de dix mille personnes.
Une fois j'ai dû passer 15 fois devant un magasin de chaussure et j'en parlais tous les jours pour savoir si je les achetais ou pas.

Mais pour prendre des décisions encore faut-il savoir ce qu'on aime, ce qu'on veut.

De même en général avec des amis, je suis du genre effacée. Mon armoire est constituée que de vêtements : bleu marine, noire, beige-marron.
Je veux toujours plaire, ne dis rien qui pourrait choquer ou déplaire. Parfois je me sens même tellement en trop que je ne dis plus rien.  Mes vrais amis se comptent sur les doigts de la main. Et c'est mieux comme ça.

Mais j'aimerais m'affirmer. Me sortir de cette situation avec L, être sur d’être bien avec lui et arrêter de penser à d'autres, me créer un avenir, penser ne pas me tromper dans mes choix, croire dans mes choix, et croire en moi.
Pour ça il faut savoir qui on est.
Mais comment on fait ?
Quand je me pose les questions : « qu'es ce tu aimes / n'aimes pas ? » , je n'arrive pas à répondre clairement, c'est vague, c'est flou, comme dans ma tête.

Alors je me pose la question, ou plutôt je vous la pose, comment avez vous fait pour vous connaître vous même ? Et pour vous affirmer ?

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 10:24

metropolitain.jpg

 

 

Une semaine ça passe vite, tellement vite, trop vite. En plus avec les fêtes, j'ai certes pu bien profiter de ma famille, mais moins de mes amis.

 

Noël fut finalement bien. J'ai supporté les propos racistes de mon grand oncle sans rien dire, sans l'écouter.

 

J'ai profité de mon neveu qui galope comme un fou et qui commence à parler. Et j'ai passé un moment avec ma sœur.

 

Je n'ai pas été déçue de mes cadeaux, même plutôt contente, puis ce qu'au fond je n'attendais rien .

 

J'ai retenu mes larmes quand j'ai vu ma mère prendre mon neveu dans ses bras et lui chanter le câlin qu'elle me chantait étant petite.

 

J'ai dormi.

 

Je me suis fait percer les oreilles. (enfin à 20 ans..).

 

J'ai encore dormi.

 

Je me suis remise à fumer comme à chaque fois que je rentre en France.

 

J'ai essayé de ne pas penser à mes études.

 

Malgré quelques remarques de mon père comme quoi je me prenais une semaine de vacances au lieu de réviser, j'ai essayé de me détendre et de ne pas lui répondre.

 

J'ai dû prendre 3kg, mais je n'ose pas me peser.

 

Je n'ai fait qu'une crise.

 

J'ai passé des bonnes soirées avec mes amis.

 

Je me suis rapprochée de certains.

 

Je me suis sentie heureuse, et bien malgré le fait de me sentir grosse.

 

J'aurais voulu y rester mais pourquoi faire ?

 

Maintenant je suis de retour en Suisse, les révisions m'attendent. Je n'ai pas le choix, il faut que je réussisse.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Dans ma tête
commenter cet article

Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton