Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 19:47

 

creative2

 

Photo

 

Mon père franchement je pensais pas écrire dessus. Mais là faut que ça sorte, par ce que sinon ça va tourner en boucle dans mon cerveau et je vais finir par devenir folle.

Je suis donc en vacance depuis une semaine en France, chez mes parents.
Cet après midi je devais voir Monsieur Hou, mais il a annulé pour cause de maladie. Du coup je me suis retrouvée à passer l'après midi chez moi avec mes deux parents. Oui ma mère est arrêtée pour cause de burn out. Et mon père comme il travaille seul, il a décidé de travailler depuis la maison.

Ils m'ont demandé de faire un gâteaux pou quand ma sœur et tout viendront ce week-end. Je me mets à la tache, et réalise un bavarois aux fruits rouges. Je fais la vaisselle, range la cuisine, laisse un truc à tremper. Malheur j’oublie de ranger une cocotte minute que ma mère a utilisé, mais comme elle n'était pas sur le portant c'était pas plus volontaire que ça.

Puis tranquillement je monte dans ma salle de bain, me met un masque au karité sur les cheveux car je me suis fait une permanente et j'ai pas envie qu'ils soient complètement détruit.
Puis tout d'un coup alors que je barbote tranquillement dans mon bain, j'entends mon père hurler : « une cuisine ça se range connasse ».
Après il m'engueule copieusement, heureusement une porte nous sépare, en me disant que je n'ai pas rangé la cocote par ce que ce n'est pas moi qui les utilisé qu'il n'aime pas cette mentalité blablablabla toujours ponctué d'insulte.
Oui par ce que mon père quand il m'engueule soit j'ai de la chance et il m’envoie son verre de vin ou autres dans la tronche, soit j'en ai moins et c'est une droite que je reçois. Et bien sur les insultes font toujours partie du lot. Mais là y avait la porte, et par chance il s'est pas acharné dessus.

Comme à chaque fois qu'il m'engueule, j'ai pris le réflexe de pleurer et de me pisser dessus (non là pour le coup c'est vraiment pas drôle), et suit une crise de panique. Rien ne manque à l'appel. Dans ma crise de panique, plus rien ne compte, j'entends plus rien, j'essaie juste de calmer en vain ma respiration. J'essaye d'appeler L partie en Belgique pour qu'il me dise des mots rassurants. Mais ma mère m'entend parler et commence à me parler. Sans savoir pourquoi tout d'un coup elle s’énerve et me sort «  Non mais t'as plus 5 ans t'en as 21 ! C'est pas la peine de chialer comme ça ».
Euh alors déjà j'en ai 20, mais on est pas a un an après. Et c'est gentil, pour le côté réconfort et aimant j'irais voir ailleurs.

Là je suis sortie de mon bain, et je vous écris pour évacuer la colère. Oui car après la peur et les larmes une haine s'installe, une envie de le démolir, de lui faire mal, de le détruire comme il l'a fait pour nous.
Et je me repasse en boucle toute les fois où je rentrais des cours, il avait déjeuné à la maison et laissé son assiette là et tout ce qu'il avait utilisé, rien était rangé.
Mais toi si t'avais le malheur de laisser un cheveu dans le lavabo c'était fini. Tu t'en prenais plein la tronche, au sens large comme au figuré.
De toute façon il a toujours raison, toi t'es une merde alors écrases toi.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:44

 

rotate.php.jpgDeux pays.
Deux « chez moi ».
Deux chambres, une qui me ressemble, une vide avec des murs jaunes.
Deux trousseaux de clés.
Deux porte-monnaies.
Deux lits.
Deux réveils.
Deux penderies.
Deux groupes d'amis.

Toujours une valise dans un coin, toujours prêtes à « rentrer ».
Le site de la Sncf, je le connais par cœur.

Je me souviens de mon premier départ comme si c'était hier. J'avais passé les semaines d'avant à aller chez Ikea, à faire des aller retours en Suisse,à faire mes cartons, à dire en revoir. Je n'avais pas arrêté une minute. J'avais tout fait pour ne pas le faire. Si je réfléchissais à mon départ c'était fini, je m'effondrais.
Je quittais tout, j'allais dans une ville inconnue où je ne connaissais personne.

Sur le quai de la gare de Lyon, j'étais avec mon ex-copain. J'arrivais à garder mes larmes. Je monte dans le train, la porte se ferme, il démarre. Et je m’effondre, j'ai pleuré pendant les 4h de voyage.
Arrivé dans mon nouveau « chez moi » de même qu'à mon départ, je n'ai pas arrêté pour ne pas penser.

Bref, mon départ n'est pas le sujet que je voulais aborder .
Je voulais vous parler de mon sentiment de « double vie », j'ai tout en double. J'ai pris l'habitude.
Pour les choses matérielles c'est un peu ennuyant mais on s'y fait.
Le plus désagréable, c'est ce sentiment d'adaptation.

Il faut toujours s'adapter. En Suisse, je me dis toujours que la France est mieux, et vice-versa.

Quand je quitte la Suisse, je suis contente de rentrer mais toujours un peu triste de partir. Lorsque je rentre c'est toujours la fin de quelque chose, des examens, des cours.. le début des vacances. Alors on fait toujours la fête, on s'amuse bien. Et quand je pars c'est toujours un peu la nostalgie.
Arrivée en France, il faut me réadapter à mon groupe d'amis, reprendre ma place, me ressentir utile.  C'est difficile de raconter sa vie, où des anecdotes lorsque les gens ne se connaissent ni d’Ève ni d’Adam.
Il faut toujours reprendre le cours de leur vie à eux, les nouveaux gens, les ruptures, les engueulades, les réconciliations, et surtout ne pas faire de gaffe.
C'est une adaptation constante.

En partant, j'ai perdu beaucoup d'amis. J'ai fait un tri, il me reste essentiellement mes « vrai ami ». Ceux qui sont toujours là, et qu'ils le seront toujours. Ça a fait mal, mais maintenant je me dis que c'est mieux.

Cette constante adaptation est fatigante et parfois pesante. Elle contribue à renforcer mon manque de confiance en moi, et le sentiment de ne pas avoir ma place.

Mais j'ai choisi cette vie, elle a aussi ses avantages. Mais lorsqu’on ne la vit pas, c'est difficile de comprendre ce sentiments de tiraillement.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 10:40

 

2927926521_1_3.jpg


Tout commence en seconde, nouvelle école, nouvelles rencontres, nouveaux amis. En octobre 2006 (si mes calculs sont bon), je rencontre Greg le millionnaire, par l'arnaqueuse. Un moi plus tard je sors avec. C'est le début d'une longue histoire qui commence comme dans un rêve mais tire parfois vers le cauchemar. Il est du genre à t'écrire un texto tous les matins, t'appeler le midi, le soir.. Au début tu trouves ça adorable, c'est vraiment bien, en fin un mec qui fait attention à toi. Très vite il devient trop présent, trop jaloux.

Le 31 décembre on va dans une soirée dans Paris avec des gens que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam et quelques amis à lui que je connais vaguement. Toute suite, dans ses amis je repère A. C'est le coup de foudre. Mais pas réciproque, je l'ai appris quelques années plus tard. La soirée se passe mal, Greg le millionnaire qui a trop bu, fini par vomir, prise de panique je vais chercher ses amis à la rescousse. A est là, il m'aide, il est gentil attentionné avec moi.
On se fait virer de la soirée quelques minutes après. Là je me retrouve assise par terre dans un couloir à coté de lui, dans le noir et mon copain allongé par terre. Personne ne parle j'entends juste sa respiration. Et je pense que c'est particulièrement à ce moment là que tout s'est joué, que je suis vraiment tombée sous son charme.

Le temps passe, et je multiplie les manœuvre pour le voir, pour qu'il vienne en soirée.
Ma relation avec Greg le millionnaire se détériore, il devient parano, surveille tous mes messages, mes mails, fait des interrogatoires à mes copines, crois que quand un ami m'appelle pour des horaires de trains on se parle en langage codé, il va même jusqu'à taper un gars de ma classe car il m'avait mis du stabilo dans le dos.

Lors d'une soirée où A est là, je m'engueule fortement avec Greg le millionnaire. Puis on devait partir les parents de l'arnaqueuse venait nous chercher.  Elle et ladyrun sont parties devant, prise par le temps et Greg le millionnaire faisant une crise, je les perds de vu. Je pars devant avec A. On discute, on s'échange nos numéros pour pour se tenir au courant de comment va Greg le millionnaire. On s’envoie quelques textos mais c'est tout.

Je l'ai rarement revu après, malgré toutes mes tentatives. Greg le millionnaire avait, pour une fois, vu juste et pensé qu'il se tramait un truc entre nous. Quand A l'appelait, j'avais le cœur qui battait la chamade, j'étais capable de reconnaître sa voix entre mille.

Plus le temps passait, plus la relation avec Greg le millionnaire se détériorait. J'ai eu une éducation plutôt stricte, mes parents m'ont toujours interdits plein de trucs, alors par défis il fallait que je les fasse. Là il était devenu tellement possessif que j'ai fini par le tromper. J'ai essayé de le quitter. Le lendemain il vient avec des fleurs (ridicule quand j'y repense), pleurs, me demande de choisir à un arrêt de bus. J'ai pas pu, je l'ai repris.
Mais rien n'avait changé.
Je suis partie en vacances, j'ai fini par le tromper en long en large et en travers. Je l'ai quitté par téléphone car en face j'y arrivais pas.

Le temps passe, on se voit toujours de tant à autres en soirée.
Et là arrive la finale du match du rugby. La France jouait contre les al black, écran géant dans la ville. On retrouve nos amis, il y a Greg le millionnaire et A. Il est là. Une de mes amie essaye de le draguer, dans ma tête je me disais «  Connasse si t'y touches t'es morte. » . J'avais tellement bu que je ne sais même plus comment, on a fini par s'embrasser. Tout tourner alors je m'accrochais au grillage sur le quel il était posé. Il me dit qu'il m'appelle le lendemain pour qu'on se voit.

Le lendemain il m'appelle, me dit qu'il part de Paris pour venir dans ma banlieue, et me rappel quand il arrive vers chez moi.

3h plus tard. Rien, toujours rien. Je finis par l'appeler, car on met pas 3h à faire Paris-ma banlieue. Là je l'entends me dire que ça va pas être possible, qu'un ami à nous la appeler et que Greg le millionnaire n'est pas du tout d'accord pour qu'on sorte ensemble. ( Oui j'ai oublié de préciser, qu'entre temps il lui avait demandé si ça le dérangeait pas).
Mon monde s'écroule une première fois.

Après quelques mois, j'arrive finalement à sortir avec lui. Une vraie catastrophe. J'étais tellement impressionnée que je n'ouvrais pas la bouche. Et quand on était défoncé c'était encore pire. Je le voyais quasiment jamais, ça me rendait folle.
Le 16 décembre (j'ai la mémoire des dates) on se voit, c'était plus ou moins prévu qu'on couche ensemble. Une vrai catastrophe. J'avais la grippe 40° de fièvre . J'ai même pas dû le toucher, j'ai fait l'étoile de mer.  Il m'a avoué quelques années plus tard que c'était sa première fois. Merde, s'il me l'avait dit j'aurais fait un effort.
Pendant une semaine, j'ai très peu eu, voir aucune nouvelle de lui. Jusqu'au 24 décembre, ou il m’envoie un texto pour me larguer. 

Mon monde s'écroule une seconde fois. Je pars le lendemain en Inde, fait tout pour l'oublier. Mais rien ni fait, je l'ai dans la peau.
Je lui envoie des textos de tant en temps, auxquels il ne répond pas toujours.
J'ai fini par apprendre il y a peu qu'il m'avait quitté pour la seule fille qu'il a jamais aimée. Ça picote. 

L'été arrive, on reprend contact on se revoit. J'ai trop bu, je finis par vomir en sous-vêtement sur son balcon (glamour, et je sais pa pourquoi j'étais en sous-vetement). Après un brin de toilette, on dort ensemble avec son cousin dans le lit, on s'embrasse, se fait des câlins.. Le lendemain on passe la journée ensemble.
Puis je rentre chez moi. Quelques jours après on se revoit. Dès que je l'ai vu arriver, j'ai compris qu'il y avait un truc qui n'allait pas. C'était juste un soir, une fois comme ça rien de plus.

Mon monde s'écroule une troisième fois.

Je me revois marcher dans la rue, arriver dans une rue ou il y a peu de passage, agripper une barrière et m'écrouler, comme jamais.

La rentrée arrive, je suis en Terminale, dans une nouvelle classe. Je rencontre de nouvelles personnes. Puis je sors avec Tintin, mais c'est plus un ami-amant, comme avec L.
Je ne sais pas lequel reprends contact avec l'autre, mais on se revoit. Je parle, je m’arrête plus de parler. Il m'avait tellement reproché de ne pas parler que maintenant je ne supporte plus quand il y a un vide, je raconte tout et n'importe quoi pour combler le blanc. Mon cœur ne s’accélère plus. Je pense que ça y est, c'est fini, je suis enfin gueurri. Mais lui veut se remettre avec moi. Moi ça me pertube.
A une soirée, sans savoir pourquoi je finis par tromper Tintin, tous mes amis me tombent dessus. Prise de panique, je pars chez A qui faisait une soirée chez lui et n'était pas loin. Il est déjà tard, on va se coucher ensemble. On s'embrasse, se câline. C'est génial. Je suis foutue, je suis repartie.

Je ne sais pas comment, je me remets avec Tintin. La commence le début de mes tourments, impossible de savoir lequel choisir. Je finis par faire en sorte que Tintin me quitte. Et je me mets avec A. ça se passe mal, très mal.  On passe notre temps à s'engueuler.
Après une grosse engueulade j'ai plus de nouvelles de lui, c'est le moment du bac, je laisse tomber.
A une soirée je re-embrasse Tintin. Puis A me redonne de ses nouvelles. Et j'ai su que j'allais partir en Suisse à la fin de l'été. Alors j'ai dit « Fuck » et je suis sortie non officiellement avec les deux. Quand j'y repense cette période était génial.

Tintin pars en vacance, puis moi, puis A. La relation avec le 2 se détériore. Ça se finit .

J'ai mis du temps à faire une croix sur les deux. En Suisse, j'essayais de me concentrer sur autre chose.
Aucun des deux ne sait la vérité. Je suis une salope.

Avec A, maintenant on est bon ami. Je l'aime toujours, mais différemment. Mais je ne peux pas m’empêcher d'avoir un pincement au cœur quand je vois qu'il poste une photo de lui et sa nouvelle copine sur facebook. ( ce qui m'a amener à vous parler de lui).

Je l'ai aimé, comme je n'ai jamais aimé personne. Il  m'a détruit, mais m'a créé aussi.

Ça fait mal toujours. Fais chier !

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 10:51

 

topelement.jpg

 

 

Arrête de regarder ton téléphone, ça va pas le faire venir le message.
Travail ta proba.

Mais non va pas sur facebook, tu sais bien que lui son dernier examen il est dans une semaine, il doit se relaxer là.
Arrête d'aller regarder tout le temps voir sur whatsapp c'était quand la dernière fois qu'il était connecté.
Oh mais arrêtes il va bien finir par te répondre non ?!

Ce il, c'est M. Vous avez repris contact au début des révisions, il est venu chez toi, tu tremblais comme une conne. Ça c'est bien passée, vous vous êtes redis des débilitées par message et voilà. Puis vendredi soir dans un élan de folie tu lui envoie un message, depuis t'attends sa réponse.


"En ce moment j'aurais vraiment envie que tu sois comme au tout tout début. Je sais pas pourquoi"

"Beau et fort?
L'époque ou j'étais amoureux de S et Magali?"

" Non amoureux de S et Magali tu l'as jamais été.
Beau et fort tu l'es toujours ;)."

" T'a l'air bien renseignée"

"Mais quand t'étais adorable, rigolo, mais surtout là"

"Hein?"


 "rappel toi le début ou on s'est connu. Et quand je dis connu c'est pas en soirée ou a midi toute la clique.
Et tu comprendras (normalement ce que je veux dire) »

 " Quand je venais chez toi du coup?"

 

" Oui en quelque sorte"

 "ça passera" Sériously ? Il se fou de ma guelle là ?!

 "Ok merci"

"J'espère"

"Quoi donc? que ça passera?"

" Oui"

 "Pourquoi donc?"

"Pour que tailles mieux"  C'est sympa de te soucier de moi, mais c'est pire en fait ! T'as tout faux mec !

"?! Explique toi par ce que là je ne comprends pas.
 

 

"ça me saoul" Ça m'aurait étonné aussi, y a tout qui te saoule, toujours.

"ouais ok"

"C'est toi qui m'a dit que t'étais pas au top en ces temps"

 "Le jour ou j'irais bien, je t'envoie un carte postale. Et puis je vois pas le rapport avec toi."

"En ce moment j'aurais vraiment envie que tu sois comme au tout tout début. Je sais pas pourquoi"  

 

"Merci je sais encore ce que j'écris"

" T'es aigrie"  Ouais, c'est ça, avec toi je le suis tout le temps. Argh

"Mais je comprend toujours pas
?!"

 "Explique moi pourquoi t'as écris ça alors"

" Par ce que j'ai envie de te voir, mais pas comme maintenant, car maintenant c'est plat, je sais pas j'aime pas, je me sens pas libre de faire/dire ce que je veux par ce que ça va te saouler ect.. J'ai envie de te voir comme avant ou t'étais un chouette type, enfin qu'on soit ami en gros"

Je ne sais pas pourquoi j'ai besoin de lui, en tant qu'ami, j'ai besoin d'avoir ce sentiment d'importance dans sa vie, de savoir qu'il sera là pour moi.
En attendant j'attends.

 

A savoir mon dernier message date de vendredi soir minuit!

 

N B: En Suisse les forfaits tu type Free, ou de n'importe quel autres opérateur n'existent pas, c'est très rare d'avoir texto ilimité. Donc t'utilises whatsapp, qui bassé sur le meme principe que les texto mais fonctionne via internet.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 17:46

reve general

 

La nuit notre inconscient s'éveille et prends place. Au réveil on se souvient rarement de ses rêves, ou alors seulement certain.

Depuis maintenant quelques mois, j'ai la fâcheuse tendance de me souvenir de tous mes rêves. Alors le matin ça fait tout drôle. Il y a ses rêves farfelus ou t'es un super héros qui sauve la planète, ceux-là aux réveils ça te fait sourire. Puis il y a ceux érotiques où des fantasmes insoupçonnés ressortent, comme faire un plan à 3 avec une autre fille et ton copain, et que ce soit mieux avec la fille, pourtant t'aimes les hommes ça c'est sûr, où alors ou tu couches avec des personnes pour qui tu n'as aucune attirance. En général ceux là, le lendemain matin t'es mal à l'aise, tu te remets en question, «  Pourquoi j'ai rêvé de ça ? J'ai envie de Machin ? Je préfère les filles ? » C'est désagréable mais je trouve que ça passe encore.

Ce qui me dérange le plus, c'est de rêver de la réalité. De rêver d'aller en cours, d'écrire un texto à Machin, de voir des gens, d'avoir des discutions. Car de retour à la réalité, j'ai des doutes sur ce qui c'est réellement passée ou si j'ai rêvé. Alors je check mon téléphone «  Ah non je lui ai pas écris de message c'est bon ». Puis tu te retrouves dans des situations con à dire aux autres « Mais si tu te souviens l'autre jour tu m'as dit ça.. » Non en réalité ça tu l'as juste rêvé.
Alors le fait d'avoir du mal à distinguer la réalité et les rêves, ça te donne encore plus l'impression de perdre pied et de devenir complètement folle. Du coup tu parles moins de peur de passer pour une conne, tu t'isoles et t’apitoies sur ton sort.

Et il y a ses rêves/cauchemar où tu t'en souviendras pendant longtemps.
Comme quand tu avais une dizaine d'années même pas, dans ton rêve tu vois le couloir de ta maison remplie d'énorme sac de farine, quelqu'un sonne à la porte, ton père ouvre et puis court dans la rue se fait tirer dessus et disparaît, et toi tu pleures alors que tu le détestes ton père. Puis deux policiers : un grand fin, et un petit trapu sonne à la porte, fond le tour de la maison mais ne trouve rien, rien d'autre qu'un chat. Et là tu te réveilles à chaque fois. Ce rêve tu l'as fait plein de fois, plus maintenant mais tu revois avec exactitude les images dans ta tête.

Ou Alors il y a celui, que t'as fait en Angleterre, lors de ton premier voyage linguistique. Peu de temps avant de partir tu t'étais fait piquer par une guêpe sur le bras. Ça a du te marquer car là bas sur le matelas à ressort dans la chambre d'enfant qu'on te prêtait t'as rêver qu'une guêpe rentrait dans ta bouche et te piquait dans la gorge. Depuis autant te dire que les guêpes, abeilles et tout le tralala ça te terrorise. Et t'as décrété que t'étais allergique, histoire de rester un peu crédible auprès de tes amis.

Et puis il y a ce dernier rêve qui te met mal à l'aise. Ou tu es avec ta sœur et ta mère, ta sœur devient anorexique. Et toi tu as le sentiment qu'elle te vole encore une fois ta place, il lui arrive toujours un truc de grave, et toi on te délaisse toujours. En plus elle aurait pas pu choisir autre chose quoi ? L’anorexie toi tu peux pas gérer, c'est trop proche de toi. Puis on organise les tours de garde pour lui tenir compagnie, et toi personne ne te demande, personne ne te parle, ça s'organise sans toi.
Ce rêve là tu l'as détesté, tu as détesté la toi que tu as vu dedans. Car tu déteste le fais d’être jalouse comme ça d'elle, et d'autres filles. Tu détestes le fait d’être jalouse que comme elle a eu un gosse à 22ans, mun&dad s'occupent d'elle, et tout le monde s'en soucis. Tu détestes ça.

Alors j'aimerais bien arrêter de me souvenir de tous mes rêves. Si vous avez un conseil ?

Et vous, vous en souvenez ? Vous avez eu des rêves marquant aussi ?

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 11:30

 

index.jpg En fait t'as petite mamie, c'est pas ta mamie à toi. C'est cette dame du 4e étages chez qui tu vas sonner tous les vendredis à 15h précise. Une fois t'es arrivée à 15h15 elle en était toute inquiète.
Donc tous le vendredi tu sonnes chez elle, et tu vas lui faire ses courses. Elle a des soucis au cœur et  lorsqu’elle fait un effort elle est très vite essoufflé. Quand il fait beau, elle y va elle même, avec un petit scooter électrique.
Puis après avoir fait ses courses, tu t'assoies sur son canapé et tu passes du temps avec elle. Oui car honnêtement elle a surtout besoin de compagnie. Parfois tu vois que quand il a plu toute la semaine, qu'elle n'a dû voir personne, elle te lâche plus, elle parle, elle parle elle s’arrête plus.
Tout connais à peu près toutes ses histoires de chats, et d’hôpital, car elle te les répète souvent. Tu sais aussi qu'elle a vécu en Espagne dans sa jeunesse, qu'elle ne s'est pas mariée, mais a eu un fils qui est mort, qu'elle ne fête pas Noël.  Toi tu meurs d'envie de lui poser des tas de questions sur sa vie personnelle, par curiosité, mais aussi par ce qu'elle est loin d’être bête. Quand elle te parle politique t'es plus ou moins d'accord avec elle. Elle reconnaît elle même que les Suisses sont un peu égoïstes et fermé sur eux mêmes. Alors t'aimerais bien savoir sa vie, pour apprendre à vivre la tienne.

Au fond dans ta tête, quand tu l'as vois seule dans son appartement tu te dis « mais quoi elle peut passer ses journées ? » . Tu penses à ta mamie à toi, qui elle passe ses journées devant la télé en pyjama à manger du chocolat, ou à lire. Mais comme c'est toi qui lui fais ses courses, t'as vite compris qu'elle mange pour se nourrir et un peu par plaisir, mais pas plus que ça. Alors tu sais pas, et ça te turlupine, par ce que toi la vieillesse, ou plutôt finir ta vie seule t'en a peur comme la peste.

D'habitude t'aimes pas les vieux, tu supportes pas quand ta grand mère te raconte X fois la même histoire, bon elle est très vieille aussi, presque 90 ans. Mais avec cette petite dame ça passe. Bon faut avouer qu'elle te passe aussi 20fr à chaque fois, mais bon 20fr ça va pas te changer ta vie, ça va te permettre dallé au ciné pas plus (oui c'est 18fr un film en Suisse). Alors au fond tu le fais pas vraiment pour l'argent, mais par ce que t'aimes bien lui faire du bien.

Et puis grâce à elle, t'es rentrée dans les bonnes grâces des gens de ton immeuble. Ceux qui ne te  disaient bonjour ou qui te répondaient pas, il le font maintenant et avec le sourire.  Tu essaies de mener discrètement ta petite enquête sur qui t'as écris cette lettre assassine en te disant que t'étais une égoïste gâcheuse d'eau. Et t'apprends plein de trucs sur l'immeuble.

Au final t'es bien contente d'y aller tous les vendredis, et tu l'aimes bien ta petite mamie.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 08:56

change.jpg

Pourquoi vouloir changer les gens ?

J'ai finalement dans un moment de folie envoyé un message à M. On s'est revu, il est venu chez moi. C'était sympa. Mais c'est tout. Le soir je lui ai envoyé un message pour lui dire qu'il m'avait quand même un peu manqué. Mais que malgré tout je sais qu'on ne retrouvera jamais la relation qu'on avait connu les premiers mois. Il m'a répondu qu'il était d'accord avec moi.
Alors j'ai commencé à me demander. Comment c'est venu qu'on s'engueule autant  et tout le tralala ?
A cause de moi, ou de lui. Enfin de nous.

Oui, je voulais trop le changer. Je voulais être une fille qu'il adore et pas une amie parmi ses dix miles autres. Je voulais lui être indispensable. Je suis de nature jalouse, et avec lui je devenais folle. Je pétais des câbles comme si on était couple. Je lui reprochais sans cesse des choses. Et tout ça par texto bien évidemment. En face j'étais tout sourire, tout allait bien.
Et lui, il en a eu marre aussi.

Il n'était pas assez comme ceci ou comme cela. Je voulais le changer, le modeler à ma façon. Mais je me heurtais à un mur, et plus je me heurtais, plus j'y retournais.

Et plus j'y réfléchis, plus je me rends compte que j'ai fait ça avec beaucoup d'ex, et amis.
Je les aimais comme ils étaient, mais je voulais les faire devenir mieux (comme si j'étais dieux quoi).
Les drogués, je me battais corps et âme avec eux pour qu'ils arrêtent. Car je me cite je « savais qu 'il pouvait arrêter, qu'il valait mieux » .
Résultat: à l'heure actuel ils fument tous toujours autant.

Les sans emploi, sans le sou ou arrêteur d'études tôt car c'était pas leur truc, j'ai tout essayé pour les refaire rentrer dans le système « scolaire » leur donner goût aux « études ». Mais c'est mon truc à moi ça, pas eux.
Résultat : ils s'en sortent tous plutôt bien dans la voie qu'ILS ont choisi.

Les lents, les pas attentionné, les pas ceci cela, je leur ai fait constamment des reproches. Mais c'est dans leur caractère. Ils sont comme ils sont.

Alors pourquoi on ne peut tout simplement pas accepter les gens comme ils sont, sans vouloir les changer. Et si on n'envisage pas l'avenir de la même façon, pourquoi on n'accepte pas que toutes les histoires d'amour ne sont pas forcément longues ? Elles peuvent être courte et intense, mais ça reste une histoire d'amour, une belle histoire d'amour. Une histoire d'amour qu'on ne gâcherait pas avec des engueulades. Elle en serait d'autant plus renforcée et merveilleuse.

Il faut essayer de s’accepter nous et l'autre, et de profiter.

Nous on peut changer, s'adapter à l'autre.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 20:30

2774748-3928761.jpg

 

 

Avant je n'ai jamais été fidèle. Maintenant ça fait 2 ans que je ne suis qu'avec une personne à la fois, dans un seul lit. Et cette personne c'est L, et oui je l'aime, enfin je crois.

 

Mais c'est plus fort que moi, j'ai besoin de fantasmer, de me faire draguer, de jouer avec d'autres hommes. Je n'arrive pas à être dans ma tête la femme d'un seul homme. Et ça me fait mal, car ce n'est pas « bien ».

 

Je n'ai pas envie, ou plus envie d'avoir cette réputation de fille facile et infidèle.

 

Oui mais parfois, je joue trop et je me brûle.

 

C'est ce qui s'est passé au nouvel an. Depuis le début j'ai un petit faible pour Monsieur Hou. Il ressemble beaucoup à mes ex et un peu à M : gros fumeur de cannabis, perdu dans sa tête et dans sa vie, problème de famille, un des parents malade...

Alors que L c'est tout le contraire.

 

Mais donc avec Monsieur Hou, on s'entendait bien on rigolait bien ensemble mais rien de plus.

 

Le nouvel an était chez lui. Je ne sais pas comment tout le monde s'est endormie et on s'est retrouvé tous les deux, on a un peu discuté puis on est allé se coucher dans un lit une place et demie avec deux autres personnes dedans.

Il me prend dans ses bras pour dormir.

Aucun de nous deux n'y arrive, je sens comme quelque chose de dur au niveau de son entre jambes, mais j'étais tellement dans un autre monde (diverse substance aidant) que j'arrivais pas à savoir si c'était le réel ou mon imagination. Même maintenant j'ai des doutes.

 

Sans savoir comment on s'est retrouvé à se caresser les bras, puis il a essayé de m'embrasser j'ai refusé. Puis sa main est allé entre mes jambes. J'avais juste un collant fin, il me caressait. Et Merde qu'est ce que c'était BON ! C'était dingue, ça faisait tellement de temps que j'avais pas eu cette sensation de plaisir et d'envie de l'autre. Mais je ne pouvais pas aller plus loin par respect pour L.

 

Sauf que maintenant je me sens frustrée. J'ai envie de sexe comme jamais. Mais pas avec L, car je sais déjà comment tout va se dérouler. Et je sens mon bas ventre qui me chatouille, qui a chaud. Mais je ne suis pas à l'aise avec le fait de me toucher moi même. Pourquoi ? Je sais pas, c'est sûrement car ce n'est pas conventionnel. Alors je plonge la main dans ma boite de chocolat de Noël pour calmer ma frustration

 

J'ai envie d'un homme, qui me prenne sans faire spécialement attention à moi, à ma fragilité. J'ai envie qu'il me touche et qu'il me fasse l'amour comme on me l'a jamais fait.

 

J'ai envie de baiser, sauvagement tendrement.

 

Enfin je suis à cran là, j'ai besoin de sexe.

 

J'ai limite envie d'appeler M pour lui dire « Vient à la maison, on couche ensemble ».

 

Mais je ne peux pas. Non car je me sens redevable envers L, et coupable de ses sentiments de cette envie.

 

Infidélité a-t-elle le goût du désir et de l'orgasme car elle est interdite ? Et que l'interdit amène le plaisir et la satisfaction ?  

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:50

 

 

 

J'ai longtemps hésité sur son petit nom. Mais je me disais que « mytowoman » faisait peut être un peu trop violent?

 

Vu comment ça commence, vous devez vous dire qu'en réalité je ne la porte pas trop dans mon cœur! Mais si, je l'aime beaucoup, environ une dizaine d'années qu'on se connait, qu'on partage tout. On fait nos pires folies ensemble. Bref une meilleure amie quoi. En réalité on est un groupe de 3 nanas, L'arnaqueuse et Ladyrun dont je vous parlerais plus tard.

 

Donc l'arnaqueuse elle a le cœur sur la main, pense plus aux autres qu'à elle.

 

Son petit surnom de l'arnaqueuse, vient du fait qu'elle ne dit JAMAIS la vérité, c'est plus fort qu'elle. Exemple: je rentre un weekend de Suisse je lui demande ce qu'elle fait le vendredi soir , sa réponse « ah je fête l'anniversaire de ma grand mère » . Ouais tu parles l'anniversaire de sa grand mère c'était deux mois auparavant, et en réalité elle est allé dormir chez son copain.

De même hier on est allé faire du shopping au lieu d'allé courir avec un ami, qu'es ce qu'elle lui dit qu'elle doit aller voir sa grand mère.

Pourquoi ne pas dire la vérité?

Je ne comprends pas, je trouve ça pire de découvrir la vérité après coup que de la dire sur le moment.

Moi après dix ans je suis rodée, le pire c'est qu'elle me la dit quand elle le fait aux autres. Donc je dis rien, je fait « oui oui, pas de soucis » . Ma sœur me dit que je devrais lui en parlé, mais je sais déjà sa réaction «  Mais non pas du tout, j'ai juste dis ça pour pas le vexer ».

 

Bref ça m'énerve, y a toujours beaucoup de choses comme ça.

 

En plus quand je la vois je me sens pas toujours bien, depuis 1an elle est devenu à fond sur son poids, elle fait super gaffe à tout ce qu'elle mange. Quand elle a un petit coup de le nez elle me dit d'elle même que si elle arrivait à se faire vomir, elle serait comme moi. Mais quand je lui en parle vraiment elle me dit « Mais non j'ai vu ma sœur devenir anorexique c'était horrible ». Sauf que moi je me sens observée quand elle mange avec nous, quel regarde tout ce que je mange, qu'elle culpabilise à chaque fois qu'elle mange quelque chose de trop calorique. Je le sens et moi ça me met horriblement mal, je me sens grosse et incapable de faire des efforts pour être comme je voudrais être.

 

Et ça me fait mal, ça me fait mal par ce que je l'aime. Et que je me sens coupable de refuser des choses par peur de me sentir mal.

 

Je le fais avec beaucoup de monde, au final je m'isole pour ne pas être confrontée à ce qui me fait peur.

Mais elle, c'est ma meilleure amie, celle qui m'a ramassée à la petite cuillère des tas de fois donc ça me fait d'autant plus mal de réagir comme ça.

 

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:00

379810_10151085239645323_626530322_21666076_1008708378_n.jpg

Ma magnifique bibli sous le début de neige.

 

 

Et oui, il neige. Et ça tient en plus.. Je déteste la neige en ville .

Oui par ce qu'en montagne c'est beau, tu fais du ski, t'as des moonboots, t'es équipée et t'as le look qui va avec. Alors qu'en ville, comment tu veux rester jolie sans te casser la gueule ? Le sel de déverglaçage abîme toutes tes chaussures.. Bref c'est la loose !

 

En plus pour la petite histoire, l'année dernière il a beaucoup neigé. Je marchais tranquillement sur les trottoirs mal déneigés, quand là je me rends compte que celui sur lequel je suis et légèrement en pente. Et Bim la tête dans la neige. Je me relève, enlève la neige de mon manteau. Je suis à l’arrêt je ne fais aucun mouvent, et la re-Bim, re la tête dans la neige ! À l’arrêt quoi ! En plus je me suis fait mal alors depuis je suis devenue phobique de marcher dans la neige.

Surtout que quelques jours après je marchais tranquillement avec ma valise pour aller prendre le métro pour rentrer à Paris, et la je me suis étalée de tout mon long sur le trottoir avec ma valise.

Autant te dire que depuis j'ai la haine contre la neige en ville !

 

 

Et puis pour couronner le tout de ma joyeuse bonne humeur.

Il y a M.

Que je vous raconte, pour celle qui ont oublié qui c'était aller voir ici.

Hier j'ai réussi à définir (toujours dans le flou) ce que je ressens pour lui ( grâce a Fulmina et son PiouPiou).

Ce n'est pas de l'amour, ce n'est pas de l'amitié et c'est mélangé à la haine.


Alors voilà, hier matin je me réveille après avoir passé une nuit torride avec L. Il va chercher le petit déj, pendant ce temps moi je zone sur Facebook, et la je vois que M a posté une vidéo débile et marrante sur le mur d'un ami commun. Sans (presque) réfléchir je like ça vidéo.

Deux secondes plus tard, il vient me parler sur Facebook :

 

M: « Qu'est ce que t'aime ça »

 

Moi «  ça m'a fait marrer c'est tout.

Allé j'y vais.

Bye »

 

 

Je n'ai pas trop laissé la conversation prendre, car à peine sa première phrase j'étais déjà en panique totale.

Il est plutôt agressif ? Sûrement dû à la dernière fois où on s'est parlé.

 

Il a suffi qu'il passe une mini-apparition dans ma vie, pour me gâcher ma journée, pour me rendre triste. Il va falloir encore que je refasse un travail sur moi, le ressortir de ma vie, ne plus penser à lui. Once a time.. C'est fatiguant.

 

À ça et la neige, tu ajoutes le fait que je n'arrive pas à dormir depuis une semaine. Que j'ai une folle envie de traverser cette maudite rue pour aller m'acheter tout le chocolat possible et me combler. Mais que non, je ne peux pas le faire car j'ai le droit à seulement trois crises par semaine, et j'en suis déjà à deux.

 

Je suis énervée, fatiguée de tout ça, de lui, de moi.

 

Trouver le bouton off de mon cerveau serait pas mal.

Repost 0
Published by cocotte-en-papier - dans Les autres & moi
commenter cet article

Lecture du moment

9782070437825.jpg

Défi personnel:

- Une tablette de chocolat = une semaine.

 

-Rester possitive.

 

-Passer plus de temps avec mes "amis", pour m'intégrer. Check

 

-Apprendre la patience. Rome ne sait pas constuit en un jour.

 

-Essayer d'etre moins sensible.

Pour me suivre

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez magali785 sur Hellocoton